jeudi, mai 12, 2016

Agnès Maltais quittera ses fonctions de leader parlementaire adjointe

http://www.journaldemontreal.com/

MISE à JOUR 
Agnès Maltais Agnès Maltais se retirera jeudi de ses fonctions de leader parlementaire adjointe pour se donner la liberté d'appuyer un candidat en course pour la direction du Parti québécois, a indiqué Radio-Canada jeudi soir.
Mme Maltais devrait annoncer vendredi son appui à la candidature d'Alexandre Cloutier.

La députée âgée de 59 ans a été élue pour la première fois dans la circonscription de Taschereau aux élections générales du 30 novembre 1998.

Elle a été réélue cinq fois pour le Parti québécois en 2003, 2007, 2008, 2012 et 2014. Mme Maltais a aussi été ministre à plusieurs reprises.

Elle est leader parlementaire adjointe de l'opposition officielle depuis le 16 mai 2015.

La semaine dernière, le PQ a choisi Sylvain Gaudreault plutôt que la députée de Taschereau, Agnès Maltais, comme chef intérimaire en attendant l'élection d'un nouveau chef.
- Avec l'Agence QMI

L’Assemblée nationale rend hommage à Pierre Karl Péladeau

http://www.journaldemontreal.com/

MISE à JOUR 
Pierre Karl Péladeau QUÉBEC – Les députés de l’Assemblée nationale, toutes allégeances confondues, ont rendu hommage à Pierre Karl Péladeau mercredi, un peu plus d’une semaine après la démission-surprise du chef du Parti québécois.
Tour à tour, les chefs de partis ont pris la parole pour souligner l’engagement politique de M. Péladeau. Ils ont notamment fait remarquer que le départ du chef péquiste, qui a démissionné pour être auprès de ses enfants, avait ramené à l’avant-scène la difficulté de concilier la politique et la vie familiale.
«Entre le rôle de député, de chef de parti et de père, Pierre Karl Péladeau a choisi son rôle le plus important et personne ne peut lui reprocher ça», a déclaré le chef par intérim du PQ, Sylvain Gaudreault.
«Il est entré en politique pour les bonnes raisons et c’est aussi pour les bonnes raisons qu’il a dû paradoxalement la quitter.»
Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a tenu à saluer la contribution de M. Péladeau, issu tout comme lui du monde des affaires, à plusieurs dossiers économiques tels que l’aide à Bombardier et le maintien des sièges sociaux au Québec.
«Je crois que son apport a été pertinent [et] on aurait avantage à avoir plus d’hommes et de femmes d’affaires comme lui à l’Assemblée nationale», a fait valoir M. Legault.
Si elle n'a pas toujours été d'accord avec les idées de Pierre Karl Péladeau, la porte-parole parlementaire de Québec solidaire, Françoise David, a affirmé n’avoir «jamais douté de son attachement profond au Québec».
La députée de Gouin a en outre offert ses remerciements au chef démissionnaire pour «nous avoir, malgré lui, obligés collectivement à vraiment lever le voile sur une situation qui est vécue difficilement par beaucoup de collègues».
S’exprimant en dernier, le premier ministre Philippe Couillard a vanté la «sincérité» de l’engagement de Pierre Karl Péladeau envers le Québec et son implication dans le débat politique.
«Il est bon que des gens sortent de la société civile, des professions du milieu des affaires, des milieux professionnels, pour venir participer au débat politique. Il l’a fait et c’est tout à son honneur de l’avoir fait», a dit le chef libéral.

PIERRE KARL PÉLADEAU TOUCHÉ

Dans une première apparition sur les réseaux sociaux depuis son retrait de la vie politique, Pierre Karl Péladeau, redevenu simple citoyen, s’est dit touché par les témoignages reçus ces derniers jours tant du public que de ses anciens collègues de l’Assemblée nationale.
«Je vous remercie sincèrement pour vos bons mots et pour vos marques d’affection», a écrit Pierre Karl Péladeau sur son compte Facebook personnel.
Il précise que depuis plus d’une semaine maintenant, il a croisé plusieurs citoyens qui lui ont dit «comprendre et appuyer» sa décision.