Information sur la politique 1

dimanche, mai 01, 2016

L'ex-député Réjean Lafrenière est mort

http://www.985fm.ca/actualites/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le samedi 30 avril 2016 à 22h43. Modifié par 98,5 fm à 00h00.
L'ex-député Réjean Lafrenière est mort
Réjean Lafrenière/Capture d'écran
L'ex-député libéral provincial de Gatineau, Réjean Lafrenière, est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé celle qui lui a succédé, la députée et ministre Stéphanie Vallée. Il avait 80 ans.
Mme Vallée a écrit sur sa page Facebook qu'elle avait appris « avec grande tristesse » la mort de M. Lafrenière, qui a représenté sa région pendant près de 20 ans, de 1989 à 2007.

Élu pour la première fois en 1989 sous la bannière libérale de Robert Bourassa, Réjean Lafrenière a remporté ses élections sans interruption jusqu'à ce qu'il décide de ne plus briguer de mandat, en 2007. Il a occupé les fonctions d'adjoint parlementaire aux Ressources naturelles et de ministre délégué aux Affaires autochtones avant les élections de 1994, qui porteront au pouvoir le Parti québécois de Jacques Parizeau.

Pendant le séjour du Parti libéral dans l'opposition, de 1994 à 2003, M. Lafrenière a notamment été porte-parole du parti sur les droits miniers.

Finalement, de 2003 à 2007, il a rempli les fonctions d'adjoint parlementaire au ministre des Transports.

Avant son passage en politique provinciale, M. Lafrenière a longtemps oeuvré dans le monde municipal. Il a représenté la petite municipalité de Lac-Sainte-Marie, de 1967 à 1989, et il a été désigné préfet de la Corporation du comté de Gatineau en 1968 et en 1969, ainsi que de la municipalité régionale de comté de la Vallée-de-la-Gatineau, de 1983 à 1989.

Réjean Lafrenière avait auparavant travaillé dans le secteur privé, notamment dans une entreprise familiale de la région.

M. Lafrenière laisse dans le deuil sa femme Juliette, ses enfants Françoise, Martin et Luc, ainsi que ses petits-enfants.

«Réjean a consacré sa vie à la politique municipale et provinciale. Il a représenté fièrement les citoyens du comté de Gatineau de 1989 à 2007. Il mérite notre plus profond respect», a affirmé la ministre Vallée.

«Mes condoléances à la famille et aux proches de mon ancien collègue Réjean Lafrenière. Un homme engagé et dévoué», a renchéri le premier ministre Philippe Couillard sur son compte Twitter.

Le salaire minimum passe à 10,75 $ l'heure, une hausse de 20 cents

http://www.985fm.ca/actualites/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le dimanche 01 mai 2016 à 07h44. Modifié par Jean-François Cyr à 00h00.
Le salaire minimum passe à 10,75 $ l'heure, une hausse de 20 cents
Photo: Flickr
MONTRÉAL - Le salaire minimum au Québec passe en ce dimanche 1er mai, Fête des travailleurs, à 10,75 $ l'heure, une hausse de 20 cents.
Il s'agit donc d'une augmentation de huit dollars pour une semaine de travail de 40 heures.
Cette majoration graduelle du salaire minimum ne satisfait pas les intervenants de la lutte à la pauvreté.
Samedi, le Front de défense des non-syndiqués, le Syndicat des travailleurs du communautaire et le Collectif pour un Québec sans pauvreté ont ajouté leurs voix à ceux qui revendiquent un salaire minimum de 15 $ l'heure.
La FTQ lance par ailleurs dimanche une vaste campagne visant à faire la promotion d'une telle augmentation.
Au niveau politique, Québec solidaire prône également un salaire minimum à 15 dollars.
De leur coté, les organisations patronales estiment qu'une telle décision nuirait à l'économie et l'emploi. La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, notamment, croit qu'une exemption personnelle de base pour les travailleurs à faible revenu serait préférable à une hausse trop «marquée» du salaire minimum.

1er mai, Fête des travailleurs: plusieurs manifestations au Québec

http://www.985fm.ca/actualites/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le dimanche 01 mai 2016 à 07h58. Modifié par Jean-François Cyr à 08h11.
1er mai, Fête des travailleurs: plusieurs manifestations au Québec
Photo: site internet Fédération de la santé et des services sociaux
MONTRÉAL - Les organisations syndicales, étudiantes, populaires, et communautaires soulignent la Fête des travailleurs en ce dimanche 1er mai, en tenant des manifestations dans plusieurs villes du Québec, dont Montréal et Québec.
Sous le thème «On a le Québec à coeur», ces rassemblements visent à dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement Couillard qui, selon les protestataires, ont «saccagé» les acquis du Québec.
Les dirigeants des principales centrales syndicales ont rencontré le premier ministre Philippe Couillard, vendredi, pour leur faire part de leurs revendications.
Les présidents de la FTQ, Daniel Boyer, de la CSN, Jacques Létourneau, de la CSQ, Louise Chabot, et de la CSD, François Vaudreuil, ont notamment exigé une hausse importante du salaire minimum et des prestations d'aide sociale.
Ils ont demandé la fin des compressions dans les services publics et dans les programmes sociaux, ainsi qu'une «intervention structurée» dans les secteurs manufacturier et industriel.
De son coté, la Coalition pour la justice sociale réclame un meilleur partage de la richesse, et un réinvestissement massif dans l'action communautaire.
Elle déplore également les «attaques» du gouvernement contre le réseau de la santé et des services sociaux et particulièrement celui des services de garde.