Couillard doit s'expliquer sur le financement de son parti, dit Péladeau

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 18 mars 2016 à 16h57 | Mis à jour le 18 mars 2016 à 16h57
Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau... (Photo d'archives PC)
Le chef du Parti québécois, Pierre Karl PéladeauPHOTO D'ARCHIVES PC

STÉPHANIE MARIN
La Presse Canadienne
Après la frappe de l'UPAC de jeudi, le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, estime que le premier ministre libéral Philippe Couillard doit s'expliquer sur les méthodes de financement de son parti.
Jeudi, l'Unité permanente anticorruption (UPAC) a arrêté sept personnes, dont l'ancienne vice-première ministre libérale Nathalie Normandeau et son chef de cabinet Bruno Lortie, ainsi que Marc-Yvan Côté, un ancien ministre libéral. Ils ont été accusés notamment de corruption, de fraude envers le gouvernement et d'abus de confiance dans le cadre d'un stratagème de financement politique illégal et d'octroi de contrats publics.
M. Péladeau n'avait pas commenté jeudi l'opération de l'UPAC.
Il a déclaré vendredi, alors qu'il se trouvait à Bécancour, qu'une association s'est faite au cours des années entre les firmes de génie et le monde politique et qu'un bon ménage est nécessaire.
« On ne peut pas faire autrement que saluer ce qui s'est produit hier (jeudi) parce que c'est la première étape d'un jalon important », a-t-il dit.
Mais il veut plus.
« C'est la responsabilité du premier ministre de s'expliquer sur les méthodes de financement du parti politique auquel il appartient depuis 2003, et même peut-être davantage », a-t-il lancé.
Le PQ aussi éclaboussé par l'UPAQ
Se faisant mettre sous le nez que le Parti québécois a aussi été éclaboussé par l'UPAC, qui a notamment arrêté Ernest Murray, l'ex-attaché politique au bureau de circonscription de Charlevoix de Pauline Marois, M. Péladeau a rétorqué que cela n'avait aucune commune mesure avec les personnes influentes du Parti libéral qui ont supposément été impliquées dans le système illégal de financement politique avec la firme de génie-conseil Roche.
« Est-ce que vous vous souvenez dans l'histoire d'un vice-premier ministre ou d'une vice-première ministre (du Parti québécois) qui a été accusé pour complot pour fraude, pour abus de confiance avec son chef de cabinet? », a-t-il demandé.
Quant à savoir si d'autres arrestations sont possibles, le chef péquiste a été prudent, disant préférer attendre de voir le résultat des procédures judiciaires amorcées.
Mais il a dit craindre que toute la lumière ne puisse être faite sur la corruption si le gouvernement libéral continue à faire des compressions comme celles effectuées dans le budget provincial déposé jeudi, citant notamment la réduction du financement accordé au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).
Jeudi, des députés du Parti québécois avaient demandé au premier ministre de prendre la responsabilité pour les gestes commis par des représentants du Parti libéral du Québec dont il est chef.
M. Couillard avait alors déclaré que ces arrestations de l'UPAC témoignent d'une « autre époque » et que le parti qu'il dirige actuellement a une pratique exemplaire en matière de financement politique.

Compressions au DPCP : l'opposition s'inquiète

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/

PUBLIÉ LE VENDREDI 18 MARS 2016 À 17 H 50

Les partis d'opposition dénoncent de façon unanime la réduction du budget alloué au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), qui emploie les procureurs de la Couronne du Québec. Des compressions annoncées dans le budget provincial déposé hier, qui a coïncidé avec l'arrestation de l'ex-ministre Nathalie Normandeau.
Un texte d'Olivier BachandTwitterCourriel
Les procureurs de la Couronne sont chargés de représenter l'État dans des causes civiles et criminelles. Ce sont eux, par exemple, qui héritent des dossiers montés par l'Unité permanente anticorruption.
Mais voilà que le budget du DPCP est amputé. Les dépenses du DPCP s'élèveront à 127 millions de dollars cette année, alors que le budget alloué pour 2016-17 est de 122 millions de dollars, une réduction de 5 millions de dollars.
Selon un porte-parole du ministère de la Justice, la différence de financement s'explique en partie parce que le DPCP a reçu des sommes additionnelles en 2015-16 pour mener à bien des enquêtes sur des crimes économiques.
Questionné sur les compressions, le premier ministre Philippe Couillard a affirmé que le DPCP a tous les outils nécessaires pour remplir sa mission.
Il a également rappelé que des changements structurels ont été effectués au cours des derniers mois.
« Il y a une réorganisation qui a été faite à la Direction des poursuites criminelles et pénales qui ne diminue pas du tout la quantité de procureurs assignés à différentes causes », soutient-il.
Cette réorganisation a entraîné la fusion de trois divisions : le Bureau de lutte au crime organisé, le Bureau de lutte aux produits de la criminalité et le Bureau de lutte à la corruption et à la malversation.
La nouvelle équipe unifiée compte 60 procureurs, alors qu'ils étaient 110 à traiter tous ces dossiers auparavant. Les autres ont été réaffectés dans différents palais de justice.
L'opposition inquiète
Pour les partis d'opposition à l'Assemblée nationale, cette baisse de financement du DPCP envoie un bien mauvais message, dans la foulée de l'arrestation de l'ex-vice-première ministre libérale Nathalie Normandeau.
Selon le chef péquiste Pierre-Karl Péladeau, elle remet en cause la transparence promise par Philippe Couillard.
« C'est contradictoire, c'est antinomique avec le discours qu'il tient. Alors je ne pense pas que ça va confondre les Québécois, parce que les Québécois sont plus intelligents que ça », affirme-t-il.
Pour sa part, Québec solidaire (QS) se demande si les coupes vont se traduire par une prolongation des délais judiciaires.
« L'UPAC vient de procéder à des arrestations. Ça va prendre combien de temps pour que les gens aient accès à un procès? Donc c'est à n'y rien comprendre. Il va falloir que le gouvernement ait des méchants arguments pour nous convaincre que ça a du bon sens », lance la co-porte-parole de QS, Françoise David.
Elle espère que le DPCP conservera sa capacité d'analyser les preuves recueillies par les services policiers et de faire un travail rigoureux.
Même son de cloche du côté de la Coalition avenir Québec. Le porte-parole en matière de justice, Simon Jolin-Barrette, espère que les procureurs de la Couronne auront accès aux ressources nécessaires pour accomplir leur travail.
« C'est vraiment important que les procureurs de la Couronne puissent avoir les recherchistes, les techniciens juridiques, les secrétaires juridiques pour mener à bien leur travail », estime-t-il.
L'Association des procureurs aux poursuites criminelles et pénales se dit inquiète des compressions annoncées dans le budget, même si elle en ignore les impacts. Elle craint entre autres une réduction de ressources et de personnel.

Salah Abdeslam soumis à un interrogatoire

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le samedi 19 mars 2016 à 06h21. Modifié par Christine Roger à 08h24.
Salah Abdeslam soumis à un interrogatoire
La Presse canadienne
BRUXELLES - Salah Abdeslam, qui a été arrêté vendredi en Belgique, doit maintenant faire face à un interrogatoire par les enquêteurs et à des procédures d'extradition vers la France.

Il a été capturé dans le quartier de Molenbeek après une cavale de quatre mois et hospitalisé après avoir reçu une balle dans une jambe.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le samedi 19 mars 2016 dans Que le Québec se lève! avec Guy Simard
Il sera interrogé par les enquêteurs belges, éventuellement en présence de collègues français, et une demande d'extradition pourrait être déposée dès ce week-end.

Les familles des victimes et les survivants veulent que Salah Abdeslam, qui est âgé de 26 ans, soit jugé en France pour les attaques du 13 novembre qui ont fait 130 morts.

Russie: 61 personnes meurent dans un écrasement d'avion

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le samedi 19 mars 2016 à 00h43. Modifié par Christine Roger à 07h24.
Russie: 61 personnes meurent dans un écrasement d'avion
La Presse canadienne
MOSCOU - Un vol commercial avec 61 personnes à bord qui partait de Dubaï s'est écrasé durant l'atterrissage dans la ville du sud de la Russie, Rostov-sur-le-Don, a indiqué le ministère des services d'urgence en Russie.

Les 55 passagers et six membres d'équipage ont perdu la vie, selon un membre du ministère, lors d'une conférence de presse télévisée.
Le Boeing 737-800 de la compagnie FlyDubai s'est écrasé samedi matin en Russie. Un responsable du transporteur aérien a indiqué à l'agence de presse américaine The Associated Press qu'une enquête était ouverte pour connaître la cause de l'écrasement.

La compagnie FlyDubai avait indiqué sur son site Facebook être au courant d'un incident impliquant l'un de ses vols de Dubaï à Rostov-sur-le-Don.

L'agence de nouvelles de l'État Tass a affirmé que selon la principale agence d'enquête du pays, les informations préliminaires indiquent que l'avion s'est brisé en morceaux à l'aéroport à environ 950 kilomètres au sud de Moscou.

Aucune information n'avait été émise sur les causes, bien que certains médias eurent laissé entendre que la météo pourrait avoir été un facteur. Il y avait de la pluie et des vents d'environ 40 km/h au moment de l'écrasement.

Le chef du Parti vert du Québec se présentera dans Chicoutimi

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le samedi 19 mars 2016 à 07h00. Modifié par Christine Roger à 07h26.
Le chef du Parti vert du Québec se présentera dans Chicoutimi
PVQ
MONTRÉAL - Un nouveau candidat entre dans la course de l'élection partielle de 33 jours dans la circonscription de Chicoutimi, à Saguenay, soit le chef du Parti vert du Québec Alex Tyrrell.
Après l'annonce officielle de sa candidature samedi matin dans un café de Chicoutimi, M. Tyrrell fera du porte-à-porte pour aller à la rencontre des citoyens.

«Le Parti vert du Québec a un rôle important à influencer le débat politique», a signalé M. Tyrrell, en entrevue à La Presse Canadienne.

Questionné sur les principaux enjeux qui préoccupent les gens de Chicoutimi, il a répondu qu'il faut «écouter davantage les gens, réinvestir dans les services publics comme la santé et les écoles ainsi que s'occuper de l'environnement, notamment, du recyclage».

M. Tyrrell a été élu chef du Parti vert du Québec à l'âge de 25 ans en 2013. Il s'était présenté dans la circonscription Notre-Dame-de-Grâce lors des dernières élections générales en 2014. Il avait récolté 1318 votes, soit 4,52 pour cent des voix, loin derrière la députée et actuelle ministre libérale de l'Immigration de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil.

En plus de son rôle de chef de parti, Alex Tyrrell étudie à l'Université Concordia à Montréal, à temps partiel, en Sciences de l'environnement.

Le Montréalais s'est dit prêt à déménager dans la circonscription s'il était élu le 11 avril prochain.

Les électeurs de Chicoutimi auront à choisir entre la candidate péquiste Mireille Jean, la libérale Francyne T. Gobeil, la caquiste Hélène Girard, le solidaire Pierre Dostie, et Alex Tyrrell du Parti vert.

Les bureaux de scrutin par anticipation ouvriront les 3 et 4 avril de 9 h 30 à 20 h. Il sera également possible de voter directement au bureau du directeur de scrutin pendant quelques jours au début du mois d'avril.

Lors des dernières élections provinciales en 2014, 46 993 électeurs étaient inscrits sur la liste électorale de Chicoutimi.

Le péquiste Stéphane Bédard, qui représentait la circonscription depuis 17 ans, l'avait alors remporté avec près de 35 pour cent des voix, par une majorité de 1605 votes sur le libéral Michel Mallette. Le taux de participation avait atteint les 70,57 pour cent, selon les données du Directeur général des élections du Québec.

La circonscription de Chicoutimi est un château fort péquiste depuis 1973.