PENSÉE DU JOUR 21-02-2016

PENSÉE DU JOUR                   21-02-2016

001.JPG  
L'arbre de la tristesse
ne le plante pas dans ton coeur.
Relis chaque matin
le livre de la joie.

Yvon Clément

Primaires américaines : Hillary Clinton gagne, Donald Trump triomphe

http://www.lepoint.fr/monde/

La candidate démocrate a gagné l'État du Nevada, tandis que son rival républicain s'est imposé en Caroline du Sud, obligeant Bush à se retirer.


La primaire des républicains en Caroline du Sud a conforté Donald Trump dans sa position de favori. Chez les démocrates, Hillary Clinton a gagné dans le Nevada, relançant sa campagne poussive avant les grandes primaires du 1er mars. Le milliardaire américain a confirmé dans les urnes son hold-up au sein du parti républicain.
Il n'aura fallu qu'une demi-heure après la fermeture des bureaux de vote pour que les médias le déclarent vainqueur sans conteste de la primaire de Caroline du Sud, un État conservateur où les évangéliques et les militaires exercent une influence démesurée. Son succès a été accueilli par une immense ovation dans la salle où il a ensuite prononcé son discours de victoire à Spartanburg. C'est sa deuxième, après le New Hampshire au début du mois.

Jeb Bush jette l'éponge

Le populiste au message contestataire et anti-élites a gagné parmi les républicains modérés et conservateurs, selon les sondages de sortie des urnes. Seuls les "très conservateurs" lui ont préféré le sénateur du Texas Ted Cruz, qui avait remporté la consultation de l'Iowa le 1er février. Avec 93,5 % des voix dépouillées vers 2 h 35 GMT, Donald Trump obtenait 32,8 % des suffrages, suivi du sénateur de Floride Marco Rubio (22,4 %) et Ted Cruz (22,1 %).
En quatrième position, avec environ 8 % des votes, pointait Jeb Bush - frère et fils des présidents Bush - qui a annoncé les larmes aux yeux qu'il se retirait de la course à la Maison-Blanche, après cette nouvelle contre-performance. Enfin, le gouverneur de l'Ohio au style consensuel John Kasich et le médecin noir à la retraite Ben Carson fermaient la marche.

Sanders, de plus en plus populaire chez les jeunes

Donald Trump s'est montré confiant dans le fait que les partisans de ses douze concurrents ayant abandonné vont tomber dans son escarcelle et pas se liguer contre lui. Confiance également dans sa performance à la prochaine primaire républicaine dans le Nevada mardi – "Nous allons être fantastiques" – et pour le "super mardi" quand onze États voteront le 1er mars – "Nous allons être très, très bons".
"On repart à la guerre demain matin", a-t-il lancé. Côté démocrates, l'enseignement de la journée est que le mouvement en faveur du sénateur du Vermont Bernie Sanders grandit dans le pays. Sa popularité se confirme chez les jeunes, dont il rafle les voix, mais aussi dans toutes les autres catégories de démocrates.

Courte victoire d'Hillary Clinton

Alors qu'elle n'avait terminé première que d'un cheveu dans l'Iowa et qu'elle avait été largement battue dans le New Hampshire, Hillary Clinton a remporté la consultation du Nevada, organisée sous forme de réunions d'électeurs, appelées "caucus", avec environ 52,6 % des délégués, contre 47,4 % pour Bernie Sanders, sur les résultats de 88,1 % des bureaux de vote.
"Certains avaient peut-être douté de nous, mais nous n'avons jamais douté", a-t-elle déclaré lors d'un discours à Las Vegas. Pour la première fois du cycle des primaires, l'ex-ultra favorite pouvait savourer une victoire, même courte.

Le "super-mardi" très attendu

La candidate a livré un discours offensif, ancré à gauche et ciblé sur les minorités sur lesquelles elle compte pour les épreuves suivantes dans le Sud, où les Noirs représentent plus de la moitié des votants démocrates. Empruntant au style antagoniste de Bernie Sanders, elle a lancé un message d'avertissement aux "hommes et femmes qui dirigent les entreprises de notre pays".
"Si vous abusez de vos employés, exploitez vos consommateurs, polluez notre environnement ou arnaquez les contribuables, nous vous demanderons des comptes", a-t-elle lancé, avant de s'envoler pour le Texas, qui votera lors du "super mardi". Bernie Sanders a concédé la défaite dans un appel à sa rivale, mais revendiqué une victoire relative. Il avait commencé la course avec une notoriété quasi nulle, 30 points derrière Hillary Clinton dans les sondages l'été dernier.

Des appels au financement

Certes, les employés hispaniques des hôtels et casinos de Las Vegas sont restés fidèles à la démocrate. Mais les voix hispaniques se sont réparties entre les deux candidats. Et la vague Sanders s'est confirmée chez les jeunes : 72 % des moins de 45 ans se sont ralliés au sénateur de 74 ans, tandis que les deux tiers des plus de 45 ans sont restés fidèles à Hillary Clinton, 68 ans, selon les sondages réalisés à l'entrée des caucus. La démocrate a aussi remporté les trois quarts des électeurs noirs.
"Nous avons le vent dans le dos", a déclaré Bernie Sanders dans un discours à Henderson, près de Las Vegas. "Nous avons une chance excellente de gagner les États du super mardi", a affirmé Bernie Sanders, en appelant ses partisans à contribuer à sa campagne. Après le New Hampshire, il avait levé des montants records avec un appel similaire.

Couillard, champion du libre-échange

http://www.ledevoir.com/politique/

En visite aux États-Unis, le premier ministre québécois défend le libre marché

20 février 2016 |Yves Schaëffner - La Presse canadienne | Québec
Le premier ministre Couillard dit avoir notamment fait des progrès sur le projet d’installer des centres de pré-dédouanement à l’aéroport de Québec et à la gare centrale de Montréal
Photo: Sait Serkan Gurbuz Associated Press
Le premier ministre Couillard dit avoir notamment fait des progrès sur le projet d’installer des centres de pré-dédouanement à l’aéroport de Québec et à la gare centrale de Montréal
Pour sa première visite à Washington, vendredi, le premier ministre Philippe Couillard s’est positionné comme un champion du libre-échange devant des gens d’affaires ainsi qu’avec Michael Froman, le représentant américain au Commerce.
 
« C’est de la musique à nos oreilles de vous entendre parler de l’importance du libre-échange et du libre marché », lui a répondu Jodi Hanson Bond, vice-présidente de la Chambre de commerce des États-Unis.
 
Centres de prédédouanement
 
Concernant sa rencontre avec Michael Froman, qui dirige l’organisme en charge de négocier et d’administrer les accords commerciaux aux États-Unis, le premier ministre a dit avoir fait des progrès sur le projet d’installer des centres de prédédouanement à l’aéroport de Québec et à la gare centrale de Montréal. « Le signal est positif, a précisé M. Couillard. La question à l’aéroport de Québec semble très bien aller. À la gare [de Montréal], c’est un peu plus compliqué, mais cela va bien aussi. On peut être optimiste qu’on va être capable de régler ces questions, ce qui va être un gros avantage non seulement pour nos voyageurs, mais également pour les transports de marchandises. » Ces centres permettraient que des douanes soient installées à même l’aéroport de Québec et la gare de Montréal, comme c’est déjà le cas à l’aéroport Pierre-Elliott Trudeau.
 
Un autre accord forestier
 
Avec le représentant américain au Commerce, Philippe Couillard affirme avoir aussi abordé la question de l’industrie forestière, alors que l’Accord sur le bois d’oeuvre est échu. « Il faut en renégocier un autre et ça, c’est très important pour nous. Alors, j’ai fait la promotion de notre régime forestier et de notre industrie forestière », a-t-il dit.
 
Dans la foulée, il a ajouté avoir défendu l’industrie laitière québécoise lorsqu’il a été question du libre-échange et du projet de Partenariat transpacifique (PTP). « J’ai pris un temps particulier pour parler de notre système de gestion de l’offre dans l’industrie laitière, pourquoi c’est important pour les petites exploitations agricoles, comme chez nous au Lac Saint-Jean, et pourquoi on y tient beaucoup », a dit M. Couillard.
 
Alors que le projet de PTP est fort controversé aux États-Unis, plusieurs candidats aux élections présidentielles s’y opposant, le premier ministre a rappelé que le Québec est historiquement « un peuple qui accueille favorablement le libre-échange ».
 
Devant une soixantaine de membres de la Chambre de commerce américaine, Philippe Couillard a également vanté les avantages du Québec et les opportunités d’investissement qu’il représente. Comme toujours à l’étranger, il a fait la promotion du Plan Nord et a vanté l’hydroélectricité québécoise. Un sujet qu’il a également abordé plus tard dans la journée lors d’une rencontre avec l’administratrice de l’Agence américaine de protection de l’environnement et lors d’un discours devant le groupe de réflexion Resources For The Future.
 
Le premier ministre, qui devait rencontrer le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, vendredi après-midi, comptait notamment discuter du rôle plus important qu’Hydro-Québec devrait jouer sur la scène internationale. « On a une expertise immense parce qu’on est le quatrième producteur au monde en hydroélectricité. Il faut utiliser cette expertise », a-t-il plaidé en point de presse.
 
Finalement, le premier ministre devait conclure son séjour à Washington en soirée par une rencontre informelle avec des gouverneurs d’États américains. Bon nombre d’entre eux sont dans la capitale américaine à l’occasion d’une réunion de l’Association nationale des gouverneurs.

Le Bloc québécois, un parti qui ne s'appartient plus

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/

Mise à jour le samedi 20 février 2016 à 18 h 10 HNE
Gilles Duceppe et Mario Beaulieu
Gilles Duceppe et Mario Beaulieu  Photo :  PC/Ryan Remiorz

Le Bloc québécois se trouve - encore une fois! - à la croisée des chemins. Il doit décider ce qu'il fera du présent mandat où il a fait élire 10 députés et comment il justifiera - encore une fois! - la place de députés souverainistes à la Chambre des communes.
Une analyse de Michel C. AugerTwitterCourriel animateur de Midi Info
Sauf que, cette fois, ce sera un peu plus compliqué. Pour la première fois de son quart de siècle d'histoire, le Bloc québécois devra composer avec un gouvernement majoritaire qui a obtenu la majorité des sièges du Québec à la Chambre des communes.
Avec un caucus de 10 députés, il n'est plus un parti reconnu. Huit de ces députés ont été élus dans la division d'une lutte à trois et avec de bien minces majorités. À Ottawa, le Bloc a des droits de parole limités, autant en Chambre que dans les comités parlementaires et ne peut compter sur les fonds fédéraux pour avoir un service de recherche. Il est difficile de briller ou même de se faire remarquer dans un tel contexte.
De même, pour la première fois, le Bloc ne pourra pratiquement plus compter sur les fonds fédéraux pour financer la vie du parti puisque la nouvelle loi sur le financement politique fait en sorte que l'essentiel de ses fonds devra provenir de dons des électeurs. Il faudra aller chercher chaque dollar.
Course à la direction
Et, comme si ce n'était pas assez, le Bloc n'a pas de chef et la campagne à la direction -maintenant prévue pour 2017 - risque de diviser le parti en deux camps qui s'affrontent.
Comme lors de la course à la direction de 2014, il y a les membres du Bloc qui pensent que leur parti doit conserver sa position « traditionnelle » d'être le défenseur des intérêts du Québec à Ottawa. Et il y a ceux qui croient que le Bloc doit, d'abord et avant tout, promouvoir l'idée de la souveraineté du Québec.
C'est sur cette plateforme que Mario Beaulieu avait été élu chef du Bloc en 2014, ce qui avait causé énormément de départs et de divisions dans le parti et, à terme, le retour de Gilles Duceppe à la tête du parti à temps pour les élections de 2015.
Dans le contexte actuel, c'est une autre campagne porteuse de divisions dont le Bloc ne peut se payer le luxe.
L'avenir se jouera à Québec
C'est ce qui fait que, plus que jamais, l'avenir d'un parti souverainiste à Ottawa se jouera à Québec.
La prochaine élection au Québec aura lieu à l'automne 2018, un an avant l'élection fédérale. Et les résultats du Parti québécois (PQ) détermineront largement si le Bloc restera pertinent.
Si le PQ gagne - et encore plus s'il s'est fait élire sous la promesse de tenir un nouveau référendum sur la souveraineté -, le Bloc redeviendrait, comme au temps de Lucien Bouchard, le parti qui prépare le référendum en faisant la lutte au gouvernement fédéral directement à la Chambre des communes.
Mais si le PQ ne réussit pas à former le gouvernement et se retrouve pour un autre quatre ans dans l'opposition, il y a fort à parier que beaucoup de souverainistes commenceront ou recommenceront à dire que la souveraineté se fera à Québec et pas ailleurs.
Certains recommenceront sans doute à dire, comme Pierre Karl Péladeau jadis, que le Bloc « ne sert qu'à justifier le fédéralisme ».
Et le PQ - qui a déjà des difficultés de financement - ne voudra sans doute plus partager les dons avec son cousin fédéral.
Le Bloc est devenu un parti qui ne s'appartient plus et qui devra sa survie à des événements sur lesquels il n'aura aucun contrôle.

Le gouvernement Trudeau serait prêt à voler au secours de Bombardier

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/

 Mise à jour le dimanche 21 février 2016 à 7 h 48 HNE Radio-Canada avec Reuters
Une usine de Bombardier où l'on assemble des avions de la C Series.
Une usine de Bombardier où l'on assemble des avions de la C Series.

Le géant québécois de l'industrie aérospatiale pourrait recevoir une aide allant jusqu'à 1 milliard de dollars d'Ottawa, selon ce que des sources gouvernementales ont confié à l'agence Reuters.
« Il est très, très probablement que le gouvernement va intervenir, mais les détails doivent encore être élaborés », selon une personne au fait du dossier à Ottawa, qui s'exprimait à l'agence Reuters.
Le caucus libéral de Philippe Couillard aurait insisté auprès du premier ministre Justin Trudeau sur l'importance de supporter Bombardier.
En retour de cette aide, le gouvernement fédéral pourrait demander, entre autres, que les Bombardier-Beaudoin renoncent au contrôle majoritaire de la compagnie, ce que l'entreprise a déjà rejeté.
D'autres concessions importantes pourraient être réclamées.
Reuters affirme qu'Ottawa craint une réaction négative de l'ouest du pays, face à une aide potentielle à l'entreprise québécoise.
Air Canada a annoncé cette semaine la signature d'une lettre d'intention avec Bombardier portant sur 45 commandes fermes de C Series et sur des options en vue de l'achat de 30 appareils supplémentaires.
Bombardier annonçait au même moment la suppression de 11 % de sa main-d'oeuvre à l'échelle mondiale, dont 2400 au Québec.
L'automne dernier, Québec a décidé d'injecter 1 milliard de dollars américains dans Bombardierpour l'aider à compléter le développement de la CSeries et à la commercialiser.

Un tireur fou a fait au moins 6 morts et 3 blessés au Michigan

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le dimanche 21 février 2016 à 08h10. Modifié par 98,5 fm à 08h45.
Un tireur fou a fait au moins 6 morts et 3 blessés au Michigan
Le suspect, un homme de 45 ans, a été arrêté en début de nuit, sans offrir de résistance./Photo: Mark Bugnaski/Kalamazoo Gazette via AP
KALAMAZOO, Mich. - Sans aucun motif apparent, un tireur fou a tué six personnes au hasard samedi soir et en a blessé deux autres à Kalamazoo, au Michigan.
Vers 18h, le suspect circulait en voiture et a fait feu dans trois stationnements, soit ceux d'un restaurant, d'un concessionnaire automobile et d'un complexe d'habitations.

L'homme de 45 ans a finalement été arrêté en début de nuit, sans offrir de résistance, alors qu'il était toujours à bord de son véhicule. Des armes ont été retrouvées dans sa voiture.

Parmi les blessées, une adolescente de 14 ans et une fillette de 9 ans luttent pour leur vie.

La ville de Kalamazoo est située à environ 250 kilomètres à l'ouest de Detroit.

Accord entre les Américains et les Russes pour un arrêt des hostilités en Syrie

http://www.lapresse.ca/international/dossiers

Publié le 21 février 2016 à 08h17 | Mis à jour à 08h17
John Kerry... (PHOTO SAUL LOEB, AFP)
John Kerry
PHOTO SAUL LOEB, AFP

Associated Press
AMMAN, Jordanie
Le secrétaire d'État américain John Kerry a annoncé dimanche qu'un «accord provisoire» avait été conclu avec la Russie pour un éventuel arrêt des hostilités en Syrie.
John Kerry a précisé qu'il avait discuté au téléphone avec son homologue russe Sergueï Lavrov, et qu'ils s'étaient entendus sur les termes du processus de cessation des hostilités.
Il a ajouté que l'accord pourrait entrer en vigueur dans les prochains jours.
Les présidents américain et russe, Barack Obama et Vladimir Poutine, devraient se parler sous peu pour que le cessez-le-feu débute rapidement.
La guerre civile en Syrie perdure depuis cinq ans.

Coup d'envoi d'une semaine nationale d'actions contre l'austérité

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 21 février 2016 à 08h23 | Mis à jour à 08h23
La Coalition interpelle le gouvernement Couillard afin qu'il change... (Photo Jacques Boissinot, archives La Presse Canadienne)
PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE
La Coalition interpelle le gouvernement Couillard afin qu'il change de cap en réinvestissant massivement dans les services publics et les programmes sociaux.

La Presse Canadienne
MONTRÉAL
La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics donnera dimanche le coup d'envoi d'une semaine nationale d'actions contre les mesures d'austérité du gouvernement Couillard.
À quelques semaines du prochain budget, les groupes sociaux membres de la Coalition interpelleront le gouvernement dimanche, afin qu'il change de cap en réinvestissant massivement dans les services publics et les programmes sociaux.
En conférence de presse, à Montréal, les porte-parole des organisations membres témoigneront de la mobilisation contre les mesures d'austérité et leurs conséquences dramatiques. Ils proposeront également des solutions fiscales qui, selon eux, permettraient au gouvernement de puiser des fonds de 10 milliards de dollars pour réinvestir dans le filet social.
En entrevue à La Presse Canadienne, le porte-parole du Front commun des personnes assistées sociales du Québec, Yann Tremblay-Marcotte, explique que la Coalition n'a pas seulement des revendications à formuler, mais aussi des solutions pour «inspirer» le gouvernement.
Selon lui, les coupes de quatre milliards dans les services publics créent «une classe de citoyens à part», qui peut difficilement faire face à la situation.

Québec accorde près de 10 millions $ pour rénover 59 églises

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le dimanche 21 février 2016 à 07h55. Modifié par 98,5 fm à 08h25.
Québec accorde près de 10 millions $ pour rénover 59 églises
la basilique Saint-Patrick de Montréal/Photo: Wikipedia
MONTRÉAL - Cinquante-neuf églises du Québec, dont le clocher, les murs de façade, les décors intérieurs ou les oeuvres d'art qu'elles abritent sont mal en point, bénéficieront d'une aide financière de 10 millions $ du ministère de la Culture pour se refaire une beauté.
Parmi les projets prévus, on retrouve la basilique Saint-Patrick de Montréal, dont les contre-fenêtres des vitraux pourront être restaurées.

Il y a aussi l'église anglicane Murray Bay à La Malbaie, sur la Côte-Nord, qui verra son mur d'enceinte sauvegardé, ainsi que la chapelle de la mission Sainte-Clotilde de Kitcisakik, en Abitibi-Témiscamingue, dont l'enveloppe extérieure sera complètement rénovée.

Les 10 millions accordés par Québec couvrent une partie du coût des projets. Les communautés, les municipalités, les diocèses et les fabriques paroissiales assumeront l'autre portion de la facture.
(Source: La Presse)