Des attaques condamnées partout dans le monde

http://www.tvanouvelles.ca/

Agence France-Presse

Fusillades et explosions à Paris
Les attentats qui ont frappé la capitale française vendredi soir «ne sont pas seulement une attaque contre Paris», mais «une attaque contre toute l'humanité et nos valeurs universelles», a déclaré Barack Obama lors d'une brève allocution à la Maison Blanche.
Briefé sur les événements en cours à Paris, le président américain a ajouté que les États-Unis allaient aider la France à «traduire les terroristes en justice», tout en notant qu'il était encore trop tôt pour savoir qui avait fomenté ces attaques, destinées à «terroriser des civils innocents».
«Il semble qu'il y ait toujours des activités et des dangers en cours alors que nous discutons. Et jusqu'à ce que nous ayons la confirmation des autorités françaises que la situation est sous contrôle et que nous ayons de plus amples informations je ne veux pas spéculer», a ajouté M. Obama.

Le premier ministre britannique «choqué»

Le Premier ministre britannique David Cameron s'est déclaré «choqué» par les attaques vendredi soir à Paris et aux abords du stade de France, au nord de la capitale, qui ont fait au moins 18 morts.
«Je suis choqué par les évènements de ce soir à Paris», a écrit M. Cameron sur son compte twitter. «Nos pensées et nos prières vont au peuple français. Nous ferons tout ce qui est possible pour aider».

Merkel «profondément choquée» par les attaques «à l'évidence terroristes»

La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite vendredi soir «profondément choquée» par les attaques «à l'évidence terroristes» qui ont fait plusieurs dizaines de morts à Paris, selon un communiqué de ses services.
«Je suis profondément choquée par les nouvelles et les images qui nous parviennent de Paris. En ces heures, mes pensées vont aux victimes de ces attaques à l'évidence terroristes, à leurs proches et à tous les habitants de Paris», a déclaré la dirigeante.
Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier s'est dit «horrifié et bouleversé» par les attaques simultanées vendredi soir à Paris, selon le compte Twitter du ministère.
«Nous sommes aux côtés de la France !», a poursuivi le chef de la diplomatie allemande, qui se trouvait au Stade de France aux côtés du président français François Hollande pour assister à la rencontre amicale de football France-Allemagne

Juncker «profondément choqué», exprime sa «solidarité»

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, s'est dit «profondément choqué» à la suite des attaques vendredi soir à Paris et aux abords du stade de France, au nord de la capitale, exprimant la «solidarité» de l'UE.
«Je suis profondément choqué par les événements à Paris. Nous exprimons notre pleine solidarité avec le peuple de France», a écrit M. Juncker dans un tweet, alors que le dernier bilan fait état d'au moins 39 morts. Le Premier ministre belge Charles Michel a offert ses «condoléances» et a assuré que «la Belgique est aux côtés de la France», sur son compte Twitter.

L'Espagne solidaire

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy s'est entretenu vendredi soir avec le premier ministre français Manuel Valls pour lui faire part de la solidarité de l'Espagne face aux attentats de Paris, a-t-on appris auprès d'une source gouvernemantale.
Mariano Rajoy a parlé à Manuel Valls pour lui faire part de «toute notre solidarité», a déclaré cette source à l'AFP. «Tout cela confirme que nous faisons face à un défi sans précédent, un défi d'une énorme cruauté», a déclaré au même moment le ministre des Affaires étrangères Jose Manuel Garcia Margallo sur la chaîne publique TVE, évoquant une attaque «jihadiste».

L'Italie exprime sa solidarité avec ses «frères français» et renforce sa sécurité

Le premier ministre italien Matteo Renzi a  exprimé vendredi soir sa «solidarité» avec ses «frères français», après les attentats à Paris qui ont fait des dizaines de morts, et convoqué un comité national de sécurité samedi matin.
L'Italie est «ensemble avec ses frères français, contre l'atroce attaque à Paris et à l'Europe», a réagi Matteo Renzi sur son compte Twitter.
«L'Europe, touchée au coeur, saura réagir à la barbarie», a ajouté le Premier ministre, cité par l'agence AGI, qui précise que M. Renzi, qui suit les évènements, a exprimé la «solidarité» de l'Italie au président français François Hollande.
Le «comité national pour l'ordre et la sécurité nationale est convoqué à 9h30 samedi matin», a annoncé pour sa part le ministre de l'Intérieur Angelino Alfano.
Les risques d'attentat en Italie sont régulièrement évoqués depuis que le groupe État islamique (EI) a annoncé avoir fait du Vatican un de ses objectifs, et alors que Rome se prépare à un jubilé annoncé par le pape et qui doit commencer le 8 décembre.

Le maire de New York exprime sa solidarité

Le maire de New York a exprimé vendredi soir la solidarité des New-Yorkais après les «actes de violence insensés» ayant frappé Paris.
«Les New-Yorkais ont le coeur brisé de voir notre cité soeur de Paris encore frappée par des actes insensés de violence et nous sommes solidaires des Parisiens et de la maire (de Paris Anne) Hidalgo en ces moments tragiques», a déclaré Bill de Blasio dans un communiqué.

Ban Ki-moon dénonce des «attaques terroristes méprisables»

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a dénoncé vendredi des «attaques terroristes méprisables» à Paris et a affirmé «se tenir au côté du gouvernement et du peuple français».
M. Ban, cité par son porte-parole, a «exigé la libération immédiate des nombreuses personnes qui sont apparemment retenues en otages au théâtre du Bataclan».

La Russie condamne les «odieux attentats» de Paris

La Russie condamne la série d«attentats odieux» et les «assassinats inhumains» perpétrés à Paris et est prête à apporter «toute son aide dans l'enquête sur ces crimes terroristes», a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, cité par les agences.
Le président russe Vladimir Poutine a exprimé ses condoléances et le soutien et la solidarité de la Russie au président François Hollande et à l'ensemble du peuple français, selon l'agence TASS.

Scènes d'apocalypse dans Paris


Marie Giffard et Simon Valmary | Agence France-Presse
 Des sirènes hurlantes dans tout Paris, des rues bouclées par la police, des proches de victimes en sanglots qui tentent de passer : scènes d'apocalypse vendredi soir à Paris, théâtre d'attaques meurtrières simultanées qui ont fait au moins 39 morts.
   Le périmètre est bouclé autour de l'hôpital Saint-Louis, dans le nord de la capitale. Un homme en larmes raconte que sa soeur a été tuée. À ses côtés sa mère explose en sanglots et se jette dans ses bras. «Ils ne veulent pas nous laisser passer», explique-t-il en montrant le carrefour, 50 mètres plus loin.
   «On a entendu des bruits de fusillade, 30 secondes de rafales, c'était interminable, on pensait que c'était un feu d'artifice», raconte Pierre Montfort, qui vit tout près de la rue Bichat, où a eu lieu l'une des fusillades. Un autre témoin décrit la scène: «sur le moment on ne voit que les flammes qui sortent de l'arme, on a eu peur, qui nous disait qu'il n'allait pas tirer sur les fenêtres?»
   Florence dit être arrivée «en scooter peut-être une minute après». «C'était surréaliste, tout le monde était à terre. Personne ne bougeait dans le restaurant Petit Cambodge et tous les gens étaient par terre au bar Carillon. C'était très calme, les gens ne comprenaient pas ce qu'il se passait. Une fille était portée par un jeune homme dans ses bras. Elle avait l'air morte», explique-t-elle.
   Mêmes scènes de guerre rue Charonne, un peu plus à l'Est. Des camions de pompiers repartent toutes sirènes hurlantes.
Un homme dit avoir entendu des tirs pendant «deux, trois minutes», «des rafales». «J'ai vu plusieurs corps à terre ensanglantés. Je ne sais pas s'ils étaient morts», lâche-t-il.
   «Il y avait du sang partout», confirme un autre témoin, parlant de tirs très forts en plusieurs temps.
   Toujours dans l'Est parisien, mêmes gyrophares de la police et des pompiers, autre quartier bouclé, celui de la salle de concerts le Bataclan, tout près de la rédaction de Charlie Hebdo cible d'un attentat meurtrier en janvier. Une prise d'otages est en cours.
   Les gens sont pendus au téléphone. «Ma femme était au Bataclan, c'est une catastrophe», dit un homme qui a accouru sur place, mais est bloqué par le cordon de sécurité. «Il y a eu une fusillade à l'intérieur du Bataclan. Tout ce que je peux vous dire c'est que c'est plus grave que Charlie Hebdo», glisse un membre des forces de l'ordre.
   Le Stade de France, enfin, en banlieue nord de Paris. Des explosions ont retenti autour, des grenades selon certains stadiers. La police afflue, le public a pu entendre deux explosions, mais le match amical France-Allemagne s'est poursuivi. Tout le monde est d'abord confiné à l'intérieur du stade, survolé par un hélicoptère.
   «On a entendu les explosions 25 minutes après le début du match. Il a continué normalement. Je pensais que c'était une blague», explique Ludovic Klein, 37 ans, venu de Limoges avec son fils de dix ans. «L'évacuation s'est faite dans le calme à part un petit mouvement de foule.»

Explosion près du Stade de France, Hollande évacué

http://www.lepoint.fr/

Selon I-Télé, trois explosions ont été entendues près du Stade de France. François Hollande qui assistait au France-Allemagne aurait été évacué.



Publié le  - Modifié le  | Le Point.fr

Vue du Stade de France. Image d'illustration.

Selon I-Télé, trois explosions ont été entendues près du Stade de FranceFrançois Hollande qui assistait au match France-Allemagne aurait été évacué. Le stade, lui, est bouclé. Les spectateurs du Stade de France sont sur la pelouse.

Fusillades à Paris: au moins 35 morts

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/

Des corps sont étendus sur le pavé à... (AP, Thibault Camus)
AP, THIBAULT CAMUS
Publié le 13 novembre 2015 à 16h25 | Mis à jour à 16h25

Des corps sont étendus sur le pavé à la suite d'une fusillade au bar le Carillon, à Paris

Associated Press
Paris
Au moins 35 personnes ont été tuées dans des fusillades à Paris, ont affirmé des responsables de la police.
Cent personnes seraient prises en otage à la salle de spectacle Le Bataclan, où il y aurait déjà eu 15 morts.
La police a rapporté des fusillades dans au moins deux établissements. Au moins deux explosions ont été entendues près du Stade de France. La police a confirmé une explosion dans un bar près du stade, qui est plus au nord de la ville, où les équipes de la France et de l'Allemagne se livraient à une partie amicale de soccer. On ignore s'il y a eu des morts.
On ignore aussi pour le moment si ces événements sont reliés.
Le président français, François Hollande, se trouvait au stade, d'où il est rapidement sorti. Il a convoqué une rencontre d'urgence.
Un journaliste de l'Associated Press qui était au stade, vendredi soir, a entendu deux puissantes explosions qui ont été assez fortes pour être entendues dans la salle où les partisans criaient et applaudissaient. Des sirènes ont rapidement retenti et un hélicoptère survolait l'endroit.
L'attaque survient alors que la France a renforcé plusieurs mesures de sécurité à l'approche de la Conférence de Paris sur les changements climatiques, qui doit débuter dans deux semaines, pour prévenir les débordements de manifestations et les attaques terroristes.
Le pays est par ailleurs en état d'alerte depuis près d'un an, après l'attaque meurtrière des bureaux de Charlie Hebdo et d'une épicerie cachère de Paris, qui a fait 20 morts.
Le restaurant visé vendredi, Le Carillon, est dans le même quartier que les bureaux de Charlie Hebdo.
Plusieurs incidents de moindre envergure, notamment une attaque avortée sur un train à grande vitesse (TGV) , ont aussi eu lieu.


Mariloup Wolfe et Guillaume Lemay-Thivierge se séparent

http://www.tvanouvelles.ca/

Agence QMI


Mariloup Wolfe et Guillaume Lemay-Thivierge ont annoncé vendredi après-midi qu'ils mettent fin à leur relation de longue date.
La nouvelle a été confirmée par communiqué.
«C'est avec regret que Mariloup Wolfe et Guillaume Lemay-Thivierge annoncent qu'ils mettent fin à leur relation de couple après 14 ans de vie commune», peut-on y lire.
Le couple a ajouté qu'il ne fera pas de commentaire public «pour le bien-être de leurs enfants qu'ils aiment profondément, de leurs familles et de leurs proches».

Guillaume Lemay-Thivierge
Actor/Director60,391 Likes
19 mins
Bonjour à tous et à toutes. Je suis sincèrement désolé de vous apprendre que Mariloup et moi avons pris la décision de mettre fin à notre relation amoureuse. Vous avez toujours été si gentils et tellement respectueux avec nous au cours de nos 14 années d’union, je tiens à vous en remercier sincèrement. C’est pour cela qu’aujourd’hui je choisis de vous en faire part ici sur Facebook. Ainsi vous aurez l'information exacte et juste sur la situation, qui n’est pas facile pour tous ceux et celles qui doivent passer cette étape, voir épreuve de la vie. Vous comprendrez que pour le bien‐être de nos enfants que nous aimons profondément ainsi que nos familles et nos proches, cette déclaration sera la seule que je ferai à ce sujet et nous laisserons la vie et le temps s’occuper de la suite des choses.

Justin Trudeau n'aurait pas pu choisir meilleur tremplin

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le vendredi 13 novembre 2015 à 13h09. Modifié par Danielle Arsenault à 13h25.
Justin Trudeau n'aurait pas pu choisir meilleur tremplin
FRED CHARTRAND / La Presse Canadienne
OTTAWA - Le calendrier international imposera à Justin Trudeau de faire ses débuts sur la scène mondiale à l'occasion du sommet du G20 qui se déroulera en Turquie ce week-end.
Si le nouveau premier ministre avait choisi lui-même, il n'aurait probablement pas pu trouver une rencontre correspondant mieux à la plateforme électorale qui l'a porté au pouvoir avec un gouvernement majoritaire.

Les principaux engagements de M. Trudeau, qui prévoit notamment favoriser la croissance économique en investissant dans les infrastructures, lutter contre les changements climatiques et aider les réfugiés, s'harmoniseront très bien à l'ordre jour du sommet du G20, qui aura lieu à Antalya, une grande ville touristique turque située sur les bords de la Méditerranée.

D'après John Kirton, un spécialiste du G8 et du G20 de l'Université de Toronto, ce sommet est taillé sur mesure pour Justin Trudeau. Cela dit, M. Trudeau, qui prendra la direction de la Turquie vendredi soir, devra faire plus que se présenter et écouter, a ajouté M. Kirton. Il devra prouver que le Canada est prêt à respecter ses promesses relativement à ces dossiers.

Le premier sommet du G20 auquel participera Justin Trudeau est également celui ayant le programme le plus ambitieux depuis la création du groupe en 2008 au plus fort de la récession.

La rencontre, qui s'amorcera dimanche en sol turc, s'attardera à de nouvelles mesures en matière d'infrastructure et de commerce dans le cadre d'une croissance économique «inclusive», une idée bénéficiant de l'appui du nouveau premier ministre.

«Je parlerai du fait que, pour générer une plus grande croissance mondiale, particulièrement pour la classe moyenne partout sur la planète, nous devons investir, a expliqué M. Trudeau en conférence de presse. Je crois en l'investissement, pas en l'austérité.»

Mais à Antalya, l'ordre du jour comprendra aussi des discussions sur le terrorisme et la crise des migrants, dont certains se sont échoués sur les plages turques près desquelles les leaders du G20 se réuniront.

La Turquie est l'un des pays sur lesquels le flot de Syriens fuyant la guerre a déferlé, elle qui héberge présentement plus de deux millions de réfugiés.

John Kirton a affirmé que la promesse de Justin Trudeau d'accueillir 25 000 demandeurs d'asile syriens d'ici la fin de l'année et l'engagement de son parti à verser 100 millions $ à l'agence onusienne pour les réfugiés étaient connus, mais que le premier ministre devrait songer à donner de l'argent à d'autres organisations de l'ONU travaillant en Syrie, comme le Programme alimentaire mondial et l'Organisation mondiale de la santé.

Pour Domenico Lombardi, le directeur du programme sur l'économie mondiale du Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale de Waterloo, en Ontario, l'approche de M. Trudeau marquera un profond changement dans les relations du Canada avec le G20 par rapport à celles qui prévalaient du temps de Stephen Harper, qui préférait s'appuyer sur l'austérité pour générer la croissance économique.

M. Lombardi a fait valoir que plus un pays pouvait discuter des sujets importants figurant au programme du G20, plus grand était le rôle qu'il était en mesure de jouer au sein du groupe.

Un chien d'une maigreur inquiétante pris en charge par la SPCA de l'Outaouais

http://www.985fm.ca/regional/nouvelles/

Publié par 104,7 fm Outaouais pour (Outaouais) 104,7 Outaouais le vendredi 13 novembre 2015 à 12h10. Modifié à 13h33.
Un chien d'une maigreur inquiétante pris en charge par la SPCA de l'Outaouais
Photo: SPCA
La SPCA de l'Outaouais a été témoin vendredi matin de l'un des pires cas de maigreur animale de son histoire.
Karine Dunnigan
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Le chien errant a été retrouvé sur la route 303, dans la MRC de Pontiac et a été pris en charge par des employés du refuge.
Baptisée Treize en référence à la date du vendredi 13, la pauvre bête affamée n'a que de la peau sur les os comme l'indique la directrice-adjointe de la SPCA de l'Outaouais, Karine Dunnigan.
Bien qu'une famille a déjà accepté de le prendre sous son toit, son rétablissement sera long et ardu et nécessitera de nombreux suivis vétérinaires.
Toute personne qui aurait de l'information quant à ce chien en piteux état, est priée de communiquer avec l’équipe de patrouille, soit par téléphone ou directement au refuge.
Treize pèse 16 kilos, alors qu'il devrait en peser 32 et fait partie des pires cas de maigreur que la SPCA ai vécu depuis les dix dernières années.

Entrevue avec un Anglo-Québécois qui milite pour l'indépendance du Québec

http://quebec.huffingtonpost.ca/

  Devenir fan 
Etudiant en Sciences Économiques et Politiques

Mis à jour: 

Le Mouvement souverainiste du Québec is Souvent percu par PLUSIEURS Comme being Un projet Exclusivement Pour Les francophones. Le Faible Taux d'appui des anglophones et des allophones au projet d'indépendance montre this Réalité. Mais malgré tout, il Existe PLUSIEURS anglophones Qui appuient et same militent versez un Québec indépendant.
AFIN de mieux, les Comprendre, je ai rencontre le fondateur du site de web et de la page Facebook Pourquoi le Québec indépendance doit. ILS Sont administrés by a Anglo-Québécois (MAIS lui prefere Être presented Comme un québécois Bilingue) Qui Publie régulierement des articles en anglais en Faveur de l'indépendance du Québec. Je lui ai Posé Drogues illicites questions. VOICI SES Réponses.   
Can-vous me Speaking: un peu de vous et de Votre cheminement Qui vous a amene un partisan l'indépendance du Québec?
Je suis un Analyste Programmeur de 46 ans et je habite Dans la Rive-Sud de Montréal. Mes parents, SONT Francos-Ontariens, Mais la Majorité de ma famille habite en Ontario Eloignée et ne savent COMMUNIQUER Qu'en anglais. [...] Moi je suis né au Québec, Fait oui, je parle français.
Je ai Été Élevé Dans un quartier anglophone. Il y Avait des anglophones, des personnes d'origine italienne, Une famille allemande, et Une Autre tchèque. La langue de communication Était l'anglais. Avec la télévision, la musique et les livres en anglais, ce est très facile d'être Élevé en anglais au Québec.
When je étais jeune, je étais FORTEMENT opposer à une l'Indépendance du Québec. Ce est vers l'âge de 18 ans Que Je ai Remis en Doute mes convictions sur le sujet when je ai commencer à lire des livres sur l'histoire du Québec. Malheureusement, je ai habité en Europe, la plupart des Années 1 990 et je me suis senti coupable de ne pas Avoir été au Québec au moment où du référendum.
Avec L'Arrivée des Médias sociaux, je ai commencer à débattre Avec Les Autres internautes. «Cette personne-là à tord et Je Dois La Corriger»: oui je suis le genre de personne de CE, but Moins qu'auparavant. Il ya beaucoup de Quebec bashing en général, et particuliérement envers le mouvement souverainiste, venant des anglophones. Si l'ONU ne parle pas Individu français, il ous Elle ne Pourra jamais lires les arguments du Camp souverainiste. Je me suis dit Que Je avais un rôle à jouer à CE niveau-là.  
Une forte majority de Québécois anglophones s'opposent au projet d'indépendance. Pourquoi, SELON vous?
Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur le that le Québec is Un territoire conquis par la vigueur et au Québec les relations anglophones et francophones Entre n'ont jamais Été Sur un pied d'Égalité. Beaucoup de gens considèrent Que Ce qui arrive Dans Le Passé n'à pas d'importance Aujourd'hui ... mais ILS SE trompent. L'Histoire forme le Contexte Dans Lequel Nous Vivons Aujourd'hui. Les attitudes paternaliste et condescendante envers les francophones au Québec sur l'Retrouvé Encore Aujourd'hui DANS LE National PostLa Gazette Sont Une manifestation de la culture anglo-canadienne Formée pendant l'Histoire.   
Ë Avis de communs, Nous pouvons vraisemblablement considerer Que les Québécois anglophones are des Canadiens Qui habitent sur territoire non majoritairement francophone, but conquis. Oui, ILS are québécois DANS LE SENS géographique du terme, Mais ILS s'identifient très Faiblement un fils Côté francophone. Dans Leur psyché, Nombreux s'imaginent vivre Dans Une province canadienne comme les autres, à la différence Qu'elle contains Une grande minorité agaçante Conquise Il y a longtemps.
Ce est redingote verser this raison que je te Considère Que Le Québec devrait Devenir indépendant. Cela établirait relation juin d'Égalité Entre les anglophones du Canada et les francophones du Québec. Les Deux Peuples Ont des Valeurs, des Idéaux et des ambitions differentes. Chacun Pourra Décider Ce qu'il ya de mieux, Pour Lui, sans etre empeche par L'Autre. Les Politiques et Économiques de Les Entre Les Deux Peuples existeront Toujours en habitant Entre les same frontières. Je Crois Que Le Mieux versez Les Deux Serait de Décider Eux-même Ce qu'il ya de mieux, versez Eux, tout en Ayant de Portes relations diplomatiques Avec L'Autre paie.
Fait, Pourquoi les anglophones s'opposent généralement FORTEMENT au projet d'indépendance du Québec? Je Crois Que ce verser des Raisons culturelles. Une histoire Souvent de domination, de privilèges, de regarder les francophones vers le bas, de les voir Comme une simple, ethnique de minorité. This is culture de pensée transmise Entre générations et chez les immigrés s'intègrent aux anglophones Qui. Elle est tres difficile un changeur.
Une situation Ce est toxique versez le Québec et je la trouve cette insupportable. Je Considère Qu'il est important de verser le Québec Que sa différence Soit association reconnue par le monde entier, Comme pour tant d'Autres nations, voiture sinon Elle Finira par Disparaître à l'intérieur du Canada.
Commentaire Pourrait-on Convaincre les Québécois anglophones de Soutenir l'indépendance du Québec et de Vouloir faire partie d'ONU nouveau pays?
Je ne Crois Que ce pas possible de Convaincre juin Majorité d'Entre Eux, particuliérement Ceux qui recoivent Leurs informations de CJAD, The Gazette ou Encore, Dans Une Moindre mesure, The Suburban. Ceux-là se perçoivent Comme une minorité martyrisée par le Québec et CE Serait invraisemblable de les Convaincre en grand Nombre.   
Je Crois Que Nous pourrions malgré tout Convaincre Une partie des Québécois anglophones en proposant un Québec en plus juste, plus démocratique et plus vert Que that Celui Dont Nous Avons à l'intérieur du Canada, et tentatives de viol commenter l'Indépendance faciliterait CES Changements.
Personnellement, la libération politique du peuple francophone is a raison Suffisante Pour Me Convaincre. Mais for the majority des anglophones, et mème des immigrés et des autochtones, Nous devrions DÉCRIRE en détail le Pays Que Nous Voulons Construire et les INCLURE davaNtage Dans Notre projet et Notre société en général.

Sept corps de bébés auraient été découverts en Allemagne

http://www.lapresse.ca/international/europe/

Publié le 13 novembre 2015 à 09h07 | Mis à jour à 09h07
Les photos des lieux montrent un petit immeuble... (PHOTO NICOLAS ARMER, DPA/AP)
PHOTO NICOLAS ARMER, DPA/AP

Les photos des lieux montrent un petit immeuble de deux étages. C'est au niveau supérieur que les corps auraient été découverts. Aux fenêtres, on y voit des décorations pour enfants : papillons, nounours et nain de jardin.

RALF ISERMANN
Agence France-Presse
MUNICH
La police allemande a annoncé vendredi avoir retrouvé à Wallenfels, une petite ville de Bavière (sud), les restes de «probablement» sept bébés dans un appartement dont l'ancienne habitante, une femme de 45 ans, est recherchée.
«Vers 16 h jeudi, une habitante de Wallenfels a découvert la dépouille d'un nourrisson et a appelé les services d'urgence. Les forces de police appelées (sur les lieux) ont découvert dans une pièce plusieurs corps de nourrissons. La police criminelle et le procureur de Coburg partent du principe qu'il y a probablement sept morts», a-t-elle souligné dans un communiqué.
«La précédente habitante des lieux à Wallenfels, une femme de 45 ans, n'a pas encore pu être appréhendée et interrogée», selon la même source.
Le porte-parole de la police bavaroise, Jürgen Stadter, a pour sa part indiqué à la chaîne d'information N24 qu'il n'était pas encore établi si cette femme était la mère des nourrissons.
D'autres perquisitions et interrogatoires doivent encore avoir lieu et une expertise médico-légale des corps est en cours depuis l'aube pour déterminer les dates et causes des décès, mais elle risque de prendre du temps en raison du «mauvais état» de certains des corps.
«Aucun résultat n'est à attendre avant le début de la semaine à venir», ont indiqué la police et le parquet.
Les photos des lieux montrent un petit immeuble de deux étages. C'est au niveau supérieur que les corps auraient été découverts. Aux fenêtres, on y voit des décorations pour enfants : papillons, nounours et nain de jardin.
Les enquêteurs avaient dans un premier temps annoncé jeudi soir la découverte de «plusieurs corps de nourrissons» dans cette bourgade de 2800 habitants de Franconie. La presse locale avait alors évoqué deux dépouilles.
Grossesses cachées
Selon le site internet du quotidien populaire Bild, citant des voisins, la personne recherchée aurait caché plusieurs grossesses. Cette vendeuse dans un kiosque aurait vécu 18 ans dans cet appartement avec son mari et trois enfants.
«Elle a dit une fois qu'elle avait fait quatre fausses couches», a dit à Bild un témoin, non identifié. Selon le journal, la femme a été décrite par les voisins comme aimable et sympathique, se montrant aimante avec ses enfants.
Sans citer ses sources, Bild affirme par ailleurs qu'elle a quitté le domicile en septembre après une dispute avec son époux. Elle aurait aussi dit à ce dernier, lorsqu'elle était ivre, qu'elle avait caché des corps d'enfants dans l'appartement.
L'Allemagne a connu plusieurs cas d'homicides multiples de bébés par leur mère ces dernières années, mais jamais d'une telle ampleur.
En octobre 2013, également en Bavière, deux corps de bébés avaient été découverts à l'occasion de travaux de construction. L'enquête avait révélé qu'ils étaient nés dans les années 1980, mais leur mère avait été acquittée, l'homicide étant prescrit.
En 2011, une Allemande avait reconnu être à l'origine de la mort de sa fille et de ses deux fils en septembre 2004, juin 2006 et mars 2009. Les décès avaient été classés dans un premier temps comme «mort subite du nourrisson», mais la police avait déclenché une enquête après le troisième cas.
En 2000, une Allemande de 28 ans a été condamnée à Chemnitz (est) à 13 ans et demi de prison pour avoir tué trois de ses nouveau-nés et congelé ensuite leurs cadavres.

Québec propose de hausser le salaire des députés de 90 000 $ à 140 000 $

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le jeudi 12 novembre 2015 à 15 h 08 HNE

Des projets de loi visant à augmenter le salaire net des députés québécois, à accroître leur contribution au régime de retraite et à abolir dans certains cas les indemnités de départ des députés qui quittent leur fonction en cours de mandat viennent d'être déposés à l'Assemblée nationale.
Ces deux projets de loi reprennent l'essentiel des recommandations faites à ce sujet en novembre 2013 dans le rapport du comité de travail présidé par l'ex-juge de la Cour suprême Claire L'Heureux-Dubé.
Si le projet de loi sur la rémunération est adopté, l'augmentation du salaire annuel de base des députés équivaudra, après les prochaines élections générales, au « niveau 4 de la catégorie des premiers dirigeants, vice-présidents et membres d'un organisme ou d'une entreprise du gouvernement. »
Ainsi, un député qui gagne actuellement 90 850 $ recevrait 140 017 $, selon l'échelle de rémunération de 2015.
Une partie de cette augmentation s'explique cependant par le fait que l'allocation annuelle de dépenses des députés, actuellement de 16 465 $, serait intégrée au salaire des députés, comme le recommandait le rapport L'Heureux-Dubé. L'allocation devenant imposable, elle passerait à environ 31 000 $ pour compenser.
Si l'on exclut cette modification au mode de calcul, la hausse de salaire réelle des députés serait cependant d'environ 17 800 $, soit une augmentation de 20 %.
Tout cet argent ne se retrouvera pas dans les poches des députés pour autant, puisque ces derniers devraient contribuer deux fois plus à leur régime de retraite; leur contribution passerait de 21 % à l'heure actuelle à 43 %.
Le salaire du premier ministre du Québec passerait pour sa part de 186 243 $ à 280 034 $. Cela équivaut au double du salaire d'un député.
Le second projet de loi prévoit que seuls les députés démissionnaires quittant leur poste en raison de « problèmes de santé importants » les concernant ou concernant un membre de leur famille immédiate ou de « raisons familiales sérieuses » pourront continuer de conserver leur prime.
Il reviendra au commissaire à l'éthique et à la déontologie de se pencher sur les raisons réelles du départ d'un député.
Cette modification, qui a l'appui du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec, entrerait pour sa part en vigueur dès l'obtention de la sanction royale.
L'État économisera 400 000 $ par année, selon Fournier
Selon le leader parlementaire du gouvernement et ministre responsable de l'Accès à l'information et de la Réforme des institutions démocratiques, Jean-Marc Fournier, la « rémunération globale » des députés québécois sera néanmoins à la baisse une fois que les deux projets de loi auront été adoptés. « L'économie nette pour l'État sera de 400 000 $ par année et donc de 4 millions sur 10 ans », a-t-il assuré en conférence de presse.
Selon lui, l'État économisera 3,34 millions de dollars par année en versant moins d'argent dans le régime de retraite (2 240 000 $) et dans le régime d'assurances collectives (230 000 $). Québec économisera aussi en indemnités de départ (830 000 $ ) et en abolissant des allocations de présence aux commissions et sous-commissions de l'Assemblée nationale (50 000 $).
En contrepartie, l'État devra verser, toujours selon M. Fournier, 2,94 millions de dollars de plus par année, en augmentant la « rémunération nette » des députés (2 810 000 $), en versant des allocations pour frais de logements (80 000 $) et en créant un comité permanent indépendant qui se penchera à l'avenir sur les conditions de travail des députés (50 000 $).
Interrogé sur le bien-fondé d'augmenter la rémunération nette des députés alors que l'État est engagé dans un bras de fer avec les 500 000 employés du secteur public, Jean-Marc Fournier n'a pas bronché.
« On montre à l'ensemble de la fonction publique et à tous ceux qui nous regardent que les députés vont avoir une rémunération globale à la baisse, c'est-à-dire moins d'argent dans leur poche. »— Jean-Marc Fournier, leader parlementaire du gouvernement

« Forcément, on ne peut pas dire que les députés ne feront pas leur part. Ceci étant dit, ce n'est pas tellement leur volonté, c'est la volonté d'un rapport indépendant qui a été demandé pour qu'on ne soit plus en conflit d'intérêts », a-t-il poursuivi.
« Le commissaire à l'éthique et à la déontologie considère que nous ne devons pas nous mêler de nos conditions de travail. Ce qu'on fait aujourd'hui, c'est simplement donner de la place à un rapport indépendant qui fait baisser la rémunération globale des députés », a ajouté M. Fournier.
Le leader parlementaire du Parti québécois, Bernard Drainville, a d'ores et déjà fait savoir que son parti est contre le projet de loi sur les conditions salariales des députés.  « C'est une hausse de 31 % du salaire des députés. Il est bien entendu qu'il n'est pas question de se voter une augmentation de salaire de 31 % », a-t-il dit.
« Actuellement, le gouvernement propose d'appauvrir les infirmières, les enseignantes, les fonctionnaires et il nous propose d'augmenter le salaire des députés de 31 %? Voyons donc! Ça n'a aucun bon sens. »— Bernard Drainville, leader parlementaire du Parti québécois

Le mouvement de grève prend de l'ampleur

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/

Mise à jour le jeudi 12 novembre 2015 à 14 h 54 HNE   La Presse Canadienne

Alors que d'autres régions du Québec sont maintenant touchées par la grève tournante du front commun du secteur public, un important syndicat d'employés de l'État, qui n'est pas membre du front commun, vient à son tour de se doter d'un mandat de grève.
Le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) a annoncé jeudi que ses membres venaient de voter à plus de 75 % en faveur de la grève
Le SPGQ est un syndicat indépendant de 25 000 membres qui représente des comptables dans les ministères, des biologistes du ministère de l'Environnement, des agronomes, des chimistes, des actuaires, des inspecteurs de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), des responsables des communications dans les ministères.
Cette grève du Syndicat des professionnels prendra une forme inusitée, parfois par groupes de professionnels, parfois les soirs et les week-ends, en minutes ou en heures. La grève pourra être déclenchée à compter du 18 novembre.
Au cours d'une entrevue, le président du syndicat, Richard Perron, a donné l'exemple des experts du ministère de l'Environnement qui pourraient débrayer à la veille de la conférence de Paris sur les changements climatiques, afin d'embêter le gouvernement qui doit se préparer pour cette importante rencontre.
Les services essentiels seront toutefois assurés, a-t-il pris soin d'ajouter.
Les manifestations continuent...
Pendant ce temps, plusieurs manifestations de syndiqués du secteur public étaient prévues jeudi, particulièrement à Montréal et à Québec.
Le Syndicat de la fonction publique du Québec en a tenu une en pleine heure de pointe du matin, à 9h, au centre-ville de Montréal, et le front commun a réuni des milliers de ses membres sur l'heure du midi au parc de la Francophonie à Québec.
« Si on fait une grève et qu'on ne dérange pas, à quoi servirait une grève? »— Lucie Matineau, présidente du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

La grève tournante du front commun touche jeudi et vendredi les régions de l'Estrie, de la Montérégie, du Centre-du-Québec, de la Mauricie, de Québec-Chaudière-Appalaches, du Bas Saint-Laurent, de la Côte-Nord et de la Gaspésie--Îles-de-la-Madeleine.
Des fonctionnaires et ouvriers de la fonction publique du Québec ainsi que de l'Agence du revenu du Québec débraient également.
Le front commun, qui représente 400 000 des 500 000 employés de l'État, s'est doté d'un mandat de grèves tournantes exercé par groupes de régions.
Après avoir débrayé durant une journée par région, il en est maintenant rendu à débrayer deux journées par région. Il prévoit ultimement une grève générale, les 1er, 2 et 3 décembre, si les négociations avec le gouvernement du Québec ne livrent pas le fruit escompté.
Des offres bonifiées qui n'impressionnent pas les syndicats
Le gouvernement du Québec a bonifié ses offres, vendredi dernier, mais celles-ci ont été rejetées d'emblée par les représentants du front commun et ceux des autres organisations syndicales qui ne sont pas membres du front commun.
Selon ces dernières offres du Conseil du trésor, l'ordre des années de gels et d'augmentations de 1 % sur cinq ans était modifié. Ainsi, au lieu d'offrir deux années de gel suivies de trois augmentations de 1 %, Québec devançait une année d'augmentation de 1 %, mais ramenait un gel à la fin des cinq années.
« Ce qui n'est pas acceptable c'est que le gouvernement ne comprend pas que 01110 ce n'est pas la même chose que 00111. »— Lucie Matineau, présidente du SFPQ

De même, Québec était prêt à injecter 550 millions $ dans un exercice de relativité salariale, afin de rehausser les échelles de salaires de milliers d'employés de l'État. De plus, sa demande de faire passer de 60 à 62 ans l'âge auquel il sera possible de prendre sa retraite sans pénalité avait été étalé dans le temps.
Les syndicats manquent de sérieux, dit Coiteux
Et pendant ce temps à Québec, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a soutenu que les syndicats n'avaient même pas donné de réponse sérieuse à ses dernières offres et que leurs moyens de pression n'avaient en conséquence pas de raison d'être.
Jeudi, le ministre Coiteux a martelé que ses offres valaient 1,7 milliard $ - ce que conteste le front commun. « À ce stade-ci, on s'attend à une réponse sérieuse des syndicats », a-t-il lancé, ajoutant que comme la réponse officielle n'avait pas été donnée aux tables de négociation, « les moyens de pression qui ont lieu à l'heure actuelle n'ont aucune raison d'être ».
« Prendre la population du Québec en otage en la privant de services » ou faire des actes de vandalisme comme on a vu dans certains cas, selon lui, « c'est tout à fait inacceptable ».
La négociation, martèle le ministre Coiteux, se passe aux tables de négociation, « ce n'est pas dans la rue que ça se passe ».
Le front commun est constitué de la CSN, de la FTQ et du Secrétariat intersyndical des services publics, lui-même formé de la CSQ - qui représente les deux tiers des enseignants du primaire et du secondaire - de même que du Syndicat de la fonction publique du Québec et de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux.
Lundi et mardi, les prochaines régions touchées par la grève tournante seront celles de Montréal et Laval, de même que les salariés de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.