Stephen Jarislowsky Un milliardaire prône l'indépendance du Québec

http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/

Première publication 18 août 2014 à 19h18

TVA Nouvelles
La sortie du milliardaire Stephen Jarislowsky ne déplaît pas aux tenants de la thèse indépendantiste. Il prétend que le Québec pourrait être indépendant s'il était plus riche, une idée qui indispose les conservateurs de Stephen Harper.
L'homme qui est à la tête d'une des plus importantes fortunes au pays, 1,6 milliard de dollars, ne tourne pas le dos à l'indépendance.
«Si le Québec est plus riche que la Suisse, il peut être indépendantiste», d'avancer ce dernier.
Dans une entrevue à la chaîne Argent, Stephen Jarislowsky 89 ans qui a fait fortune dans le monde du placement, soutient que le Québec a les atouts pour faire croître sa richesse et prône l'indépendance économique.
«Si on est beaucoup plus riche que n'importe quelle autre province du Canada telle que l'Alberta, on garde tout l'argent pour soi-même», soutient-il.

«Un défi qu'on aimerait relever»

Critique en matière d'économie, le député de St-Jérôme, Pierre Karl Péladeau, affirme que M. Jarisloski pose d'excellentes questions sur la productivité au Québec.
«J'ai confiance en son jugement et on ne peut que se réjouir d'entendre une personne aussi expérimentée dire que le Québec est riche et qu'il peut davantage s'enrichir», a affirmé M. Péladeau, ajoutant qu'on ne peut toutefois pas comparer le Québec à la Suisse.
L'ex-ministre des Affaires intergouvernementales péquiste et candidat potentiel à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier, affirme que le Québec se retrouverait parmi les 30 pays les plus riches au monde s'il avait tous les leviers.
«Il nous lance le défi que le Québec devrait être une des sociétés les plus riches au monde, mais évidemment que c'est un défi qu'on aimerait relever», a-t-il affirmé en entrevue à TVA Nouvelles.
En tournée préélectorale à Québec avec trois des ses collègues, le lieutenant québécois de Stephen Harper, Denis Lebel, ne cautionne pas l'idée d'indépendance du grand financier.
Selon l'Institut Fraser, la dette du Québec est la plus élevée au Canada, avec 181 milliards, soit 22 300$ pour chaque Québécois. Stephen Jarislowsky, estime que les programmes sociaux sont trop généreux et que les étudiants devraient payer plus 

Élections Canada 2015 Le Bloc québécois a trouvé ses candidats dans la région

http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a présenté les neuf candidats du parti dans la grande région de Québec.
Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a présenté les neuf candidats du parti
 dans la grande région de Québec.
  Photo :  ICI Radio-Canada/Pascal Poinlane

Plus d'une semaine après le déclenchement de la campagne électorale, et alors que les principaux partis ont déjà présenté leurs candidats dans la région, le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, était à Québec mardi pour présenter ses propres alliés.
Il a profité d'une rencontre avec les commerçants de la Grande Allée pour présenter son candidat dans la circonscription de Québec : Charles Mordret, un nouveau venu en politique. Natif de Cap-Rouge, M. Mordret est un entrepreneur qui oeuvre dans le domaine de l'animation vidéo et de la production d'événements artistiques.
« Je suis très heureux d'avoir Charles comme candidat, a déclaré Gilles Duceppe à la sortie de leur rencontre. C'est quelqu'un qui a de l'expérience dans le monde des affaires à l'international. Il parle plusieurs langues et connaît plusieurs cultures également. Je pense que c'est quelqu'un qui va pouvoir répondre au besoins des citoyens et des citoyennes de ce comté de Québec, où on retrouve évidemment beaucoup de commerces dans le domaine du tourisme. »
Charles Mordret a quant à lui affirmé que c'est le retour de M. Duceppe qui l'a convaincu de se présenter pour le Bloc québécois.
« Je suis très fier, et un peu ému, de faire ma première sortie publique en compagnie de monsieur Gilles Duceppe, dont le retour en politique m'a clairemeent motivé à m'engager moi-même. »— Charles Mordret, candidat du Bloc québécois dans la circonscription de Québec

Gilles Duceppe a par ailleurs précisé à l'issue de sa rencontre avec les commerçants que son parti était le premier à avoir répondu à leur demande de ne pas installer de pancartes électorales sur la Grande Allée.
Les candidats du Bloc québécois dans la région

Région de Québec

Charlesbourg : Marc-Antoine Turmel
Beauport - Limoilou : Doni Berberi
Portneuf - Jeacques-Cartier : Raynond Harvey
Beauport - Côte-de-Beaupré - Île d'Orléans - Charlevoix : Sébastien Dufour
Louis-Hébert : Caroline Pageau
Québec : Charles Mordret

Région de Chaudière-Appalaches

Mégantic - L'Érable : Virginie Provost
Bellechasse  - Les Etchemins - Lévis : Antoine Dubé 
Lévis - Lotbinière : Steve Gagné
Beauce : Stéphane Trudel
La souveraineté plus que jamais
Il ne fait pas de doute que la souveraineté sera l'une des pièces maîtresses de la campagne du Bloc. Elle est la clé dans plusieurs dossiers fédéraux, estime Gilles Duceppe, notamment dans l'attribution de contrats au chantier Davie à Lévis. Le chef critique la décision d'Ottawa d'avoir accordé les contrats pour les frégates à des chantiers de Vancouver et de Halifax sans avoir pensé à offrir des sous-contrats à la Davie. « Si on avait notre propre pays, nos contrats iraient aux chantiers maritimes au Québec, et en premier lieu à Davie, qui est le plus gros chantier », soutient-il.
Même chose dans le dossier de l'oléoduc Énergie Est : Gilles Duceppe croit que la souveraineté est la seule solution pour les Québécois qui s'opposent au projet.
« Ce qui passe sur notre territoire doit être décidé par nous, ce n'est pas Ottawa, Calgary ou Tronto qui doivent prendre les décisions pour le Québec. »— Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois
Plusieurs flèches contre le NPD
La présentation des candidats ne s'est pas faite sans décocher plusieurs flèches à l'endroit du Nouveau Parti démocratique. Gilles Duceppe reproche notamment aux néodémocrates d'être restés silencieux lorsque la Davie a été laissée de côté dans l'octroi des contrats pour les frégates.
Le chef bloquiste a également réaffirmé que Thomas Mulcair tenait un double-discours au sujet du projet d'oléoduc Énergie Est. Radio-Canada a toutefois démontré la semaine passée que ce n'était pas le cas.
En ce qui concerne le vote stratégique, qui risque de nuire au Bloc québécois, Gilles Duceppe ne mâche pas ses mots : « Ce que Thomas Mulcair nous demande, c'est de renoncer à ce que nous sommes pour battre Harper. Qu'il le batte, Harper, au Canada. On va le battre au Québec. »

Élections Canada 2015 Harper « content » des problèmes du gouvernement Wynne

http://ici.radio-canada.ca/sujet/

  Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Stephen Harper a attaqué Kathleen Wynne lors d'un point de presse tenu à Markham, au nord de Toronto.
Stephen Harper a attaqué Kathleen Wynne lors d'un point de presse tenu à Markham,
 au nord de Toronto.

Le chef conservateur Stephen Harper se réjouit ouvertement que le gouvernement ontarien dirigé par la libérale Kathleen Wynne éprouve des difficultés à mettre sur pied un régime de retraite provincial.
Constatant qu'aucun journaliste ne l'avait interrogé sur le sujet lors d'un point de presse tenu mardi, au terme d'une annonce électorale faite à Markham, M. Harper a lui-même décidé de mettre de l'huile sur le feu en dénonçant une fois de plus le plan du gouvernement Wynne.
« Peut-être pourrais-je commenter autre chose sur lequel je n'ai pas été interrogé aujourd'hui », a-t-il dit avant de livrer ses commentaires sur cette « hausse de taxes énorme » qu'il jure de combattre avec la dernière énergie.
Selon lui, l'approche du gouvernement Wynne va coûter 1000 $ annuellement à chaque travailleur et à chaque employeur, dans le cas d'une personne gagnant 60 000 $ par année. Le Parti libéral de Justin Trudeau, qui a l'appui des libéraux provinciaux de l'Ontario, va imposer cette politique dans le reste du pays, soutient-il.
« C'est la mauvaise chose pour la classe moyenne, évidemment. C'est la mauvaise chose pour les jobs. C'est la mauvaise chose pour notre économie. Et c'est la raison pour laquelle les Ontariens, les travailleurs de l'Ontario, les employeurs de l'Ontario, s'opposent à cette idée », a dit M. Harper.
« Je suis content de voir que notre refus de coopérer avec une telle politique rend sa politique plus difficile. Je note aussi que c'est la politique de M. Trudeau et du Parti libéral du Canada de nationaliser cette politique, de hausser ces taxes pour tous les travailleurs canadiens, tous les employeurs canadiens. »— Stephen Harper, chef conservateur

Selon CBC, le gouvernement Wynne a décidé d'implanter son régime de retraite plus lentement que prévu. Il s'appliquera aux grandes entreprises en 2017, aux moyennes en 2018, puis aux petites entreprises et aux travailleurs autonomes en 2019.
À terme, les travailleurs devront verser 1,9 % de leur salaire dans le nouveau programme, et les employeurs devront verser une somme équivalente. Pour la première année du programme, cette contribution sera cependant limitée à 0,8 %.
Selon des chiffres fournis mardi matin, en conférence de presse à Queen's Park, un employé gagnant 45 000 $ finirait par payer 2,16 $ par jour et récolterait 6410 $ par année à compter de 65 ans, s'il a cotisé pendant 40 ans. Un employé gagnant 90 000 $ paierait 4,50 $ par jour, et récolterait 12 815 $ dans les mêmes conditions.
Depuis le début de la campagne, Stephen Harper et Kathleen Wynne s'échangent coup pour coup. Le régime de retraite que la première ministre ontarienne veut créer est la cible principale des attaques du premier ministre sortant.
Mme Wynne admet qu'elle ne sait pas combien il en coûtera à Queen's Park pour créer et administrer son régime de pensions sans l'aide du gouvernement fédéral. Elle dit ne pas avoir eu le choix de créer son propre programme parce que les travailleurs n'épargnent pas suffisamment en prévision de leur retraite.

Violence conjugale : pourquoi elles restent?

http://www.journaldequebec.com/

La violence conjugale n’a rien à voir avec des difficultés de couple. C’est un crime.


Lise Ravary
Pour combattre la violence conjugale, le gouvernement du Québec s’agite à « consolider la concertation intersectorielle », « analyser le risque de dangerosité » et « former des comités interministériels » au lieu de dire aux femmes qu’elles ont une responsabilité, celle de fuir le plus tôt possible.
« Prendre ses jambes à son cou » n’apparaît nulle part dans la littérature savante.
Triste à pleurer
Une fois encore, une jeune femme, enceinte par-dessus le marché (un déclencheur), aurait été assassinée par son conjoint, un homme qui traîne un passé de violence conjugale. Son ex-femme a même raconté à TVA qu’il lui avait brisé des côtes devant leur fils, un enfant dont la victime prenait désormais soin.
Geste de charité humaine qui lui a peut-être coûté la vie, car elle invoquait la présence de ce petit bonhomme dans sa vie pour demeurer avec ce conjoint. Son entourage était inquiet.
Cheryl Bau-Tremblay, puisque c’est d’elle qu’il est question, avait rencontré Alexandre Gendron dans une maison de thérapie pour alcooliques où elle travaillait comme intervenante. Elle savait qu’il n’était pas un enfant de chœur. Et pourtant, elle a choisi d’emménager avec lui et de faire un enfant.
C’est là que ma compréhension s’estompe. Loin de moi l’idée d’accabler les victimes, c’est plutôt la dynamique de la décision de rester qui me turlupine, surtout quand on sait qu’une femme a neuf fois plus de chances d’être tuée par son conjoint que par un étranger.
La question la plus importante dans cette affaire ne recevra pas de réponse, mais posons-la quand même : pourquoi tant de femmes restent-elles dans des relations dangereuses? Pendant mes années dans les magazines féminins, nous avons beaucoup couvert cette question sans jamais obtenir de réponse hors du cadre étroit de la dévictimisation.
Une travailleuse sociale m’avait dit : « Il ne faut pas pousser les femmes à partir. C’est leur choix au final. »
Autres temps, autres mœurs?
Un jour, ma tante préférée a reçu une taloche de son nouveau mari. Elle a pris ses affaires et l’a quitté le jour même. Elle s’est trouvé un emploi de couturière et a refait sa vie. C’était en 1922. Ils habitaient Hochelaga-Maisonneuve.
Ma mère m’a répété encore et encore qu’un homme qui frappe une fois frappera à nouveau, que ça ira de mal en pis. Qu’il faut le quitter subito pronto. Mieux vaut vivre sous le pont Jacques-Cartier qu’avec un batteur de femmes, disait-elle. Ma jeunesse a été baignée de ces sages paroles.
Et si on traitait la violence entre conjoints, hommes ou femmes, comme un crime, point à la ligne, avec des services sociaux appropriés pour les victimes, bien sûr, au lieu de noyer le poisson dans un blabla psychosocial? Même l’expression « violence conjugale » est désuète.
Disons à nos filles : « ton amour ne changera pas un gars qui frappe », « rester pour les enfants leur fera plus de tort que de bien », « quitte-le ».
Et à nos garçons : « Si tu frappes une femme, tu iras en prison, tu auras un casier, tu vas gâcher ta vie et celle de tes proches. »
La violence conjugale n’a rien à voir avec des difficultés de couple. C’est un crime. Selon une étude de l’UdeM, un Québécois sur quatre l’ignore toujours.

Trudeau lance sa campagne au Québec en attaquant Mulcair

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Léandre Drolet pour CogecoNouvelles le lundi 10 août 2015 à 19h31. Modifié à 22h11.
Trudeau lance sa campagne au Québec en attaquant Mulcair
Ryan Remiorz-PC/Le chef libéral Justin Trudeau a lancé sa campagne québécoise à Montréal,.
(Cogeco Nouvelles) - Le chef libéral Justin Trudeau a lancé sa campagne québécoise à Montréal, lundi, en s'attaquant à son principal adversaire, le chef néo-démocrate Thomas Mulcair. Stephen Harper a, quant à lui, ramené la sécurité à l'avant-plan.
M. Trudeau, qui n'a pas voulu détailler son plan pour reconquérir le Québec, a accusé M. Mulcair de « dire une chose au Québec et autre chose dans le reste du Canada », de ne pas avoir de plan pour créer de la croissance économique et de favoriser les souverainistes en reconnaissant la victoire du « oui » par une majorité simple.
« Le prochain référendum, c’est-tu dans cinq ans, c’est-tu dans 50 ans, c’est-tu jamais, a lancé Justin Trudeau. C’est M. Mulcair qui a choisi de ramener cet enjeu-là pour faire des gains au Québec. M. Mulcair démontre régulièrement qu’il n’est pas un unificateur qui dit la même chose à travers le pays. »
M. Trudeau a reconnu qu’il a du pain sur la planche pour faire des gains au Québec, puisque les libéraux de Michael Ignatieff n’avaient fait élire que sept députés libéraux sur 75 en 2011.
Mulcair dérangé par les manifestants
De passage à Montréal pour faire la promotion de son autobiographie, «Le courage de ses convictions», parue mercredi chez la maison d’édition Michelle Tisseyre, Thomas Mulcair a rétorqué que seul Justin Trudeau et Gilles Duceppe veulent parler de souveraineté dans cette campagne.
Plus tôt dans la journée, le chef néo-démocrate a été brièvement interrompu par des manifestants qui souhaitaient le presser de prendre position sur le projet d'oléoduc Énergie Est qui traversera le Québec avec du pétrole des sables bitumineux.
Le chef néo-démocrate a expliqué aux manifestants, qui se faisaient escorter à l’extérieur de la salle, qu’il approuvera le pipeline uniquement s’il y a des processus d’examens crédibles.
L’une des manifestantes est par la suite revenue à la séance de dédicace et a pris la pose le temps d'une photo avec Thomas Mulcair.
« Ce genre de chose fait partie de notre démocratie, a-t-il indiqué. Les gens devaient être satisfaits de ma réponse puisqu’ils sont restés après et ont acheté un livre et m’ont demandé de le signer. »
Harper : la menace de l’État islamique
Le premier ministre sortant Stephen Harper a remis la sécurité à l'avant-plan, en promettant de créer un nouveau programme triennal doté d'un budget de neuf millions de dollars afin de soutenir les minorités religieuses persécutées au Moyen-Orient. Un gouvernement conservateur réélu accueillerait au Canada 10 000 réfugiés syriens et irakiens au cours des quatre prochaines années.
Selon lui, s’il est important de fournir de l’aide aux réfugiés, cela ne réglera pas le problème que pose le groupe l’État islamique (ÉI).
« On pourrait recevoir des dizaines de milliers de réfugiés (…), mais si on laisse l’ÉI agir, les djihadistes vont produire des dizaines de millions de réfugiés et de victimes à tous les mois », a lancé M. Harper, en banlieue de Toronto.
Dans le cadre d'un passage dans une église copte orthodoxe de Markham, dans la grande région de Toronto, M. Harper s’en est pris à Justin Trudeau, soutenant qu’il ne veut pas parler de sécurité parce qu’il n’est pas en phase avec l’opinion publique et à Thomas Mulcair, parce qu’il s’est opposé à l’intervention militaire en Irak et en Syrie.
« Faire uniquement du travail humanitaire, sans soutien militaire, c’est l’équivalent de parachuter de l’aide humanitaire sur des morts », a-t-il indiqué.
Débat sur les débats
Le NPD devrait indiquer lundi soir le nombre de débats auxquels Thomas Mulcair participera. Il veut participer à un nombre égal de débats anglophones et francophones et uniquement lorsque le premier ministre sortant est présent.
«On est dans un pays avec deux langues officielles qui doivent être égales, il n’y en a pas une des deux qui est plus égales que l’autre, a-t-il affirmé, rappelant que M. Harper voulait participer à trois débats en anglais et deux en français.
« Je dis toujours la même chose, je cherche à battre Harper, il va de soi que je vais insister pour participer à des débats où il va être là, a-t-il ajouté. Je veux la présence des autres chefs, je veux des sujets assez variés et des endroits neutres. »
Pour Justin Trudeau, Thomas Mulcair a « enfin compris que des débats en français c’est aussi important que des débats en anglais ».
De son côté, Stephen Harper a soutenu qu’il y aurait un « nombre record de débats » au cours de cette campagne.
Il a déjà confirmé qu’il sera absent des débats organisés par le consortium des médias, formé par Radio-Canada, Global News et CTV. Il a confirmé sa présence à la joute oratoire du Globe and Mail (17 septembre), de l’Institut Munk et de TVA (2 octobre).
La semaine dernière, les chefs ont croisé le fer dans un débat en anglais organisé par le magazine MacLean’s, duquel le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe avait été exclu.

Enfants laissés seuls dans l'Aisne : la mère renvoyée en correctionnelle



http://www.lepoint.fr/justice/

La jeune femme de 24 ans soupçonnée d'avoir laissé sans surveillance pendant 24 heures ses deux enfants de 4 et 2 ans comparaîtra le 27 août.



Publié le  | Le Point.fr
Une voiture de gendarmerie, photo d'illustration.
La jeune femme soupçonnée d'avoir laissé seuls pendant 24 heures ses deux enfants de quatre et deux ans et demi dans un appartement d'Hirson (Aisne), comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Laon le 27 août, a-t-on appris mardi de source judiciaire. La mère de famille de 24 ans, placée en garde à vue lundi à la gendarmerie d'Hirson, a été déférée mardi matin devant le parquet de Laon qui lui a notifié son renvoi devant le tribunal pour soustraction à une obligation légale, un délit passible de deux ans de prison, a affirmé à l'AFP le substitut du procureur de Laon.
La jeune femme, qui élève seule ses enfants, avait quitté son domicile samedi soir, les laissant sans surveillance pendant une nuit et une journée avant que des passants, inquiets de voir le garçonnet et sa petite soeur à la fenêtre, n'alertent les secours. À l'arrivée des pompiers, une casserole posée sur la cuisinière électrique de l'appartement par l'enfant de quatre ans était en train de brûler.

"Des regrets"

Selon le magistrat, la suspecte, qui avait un temps affirmé avoir confié à une cousine le soin de s'occuper des enfants, est revenue sur ces déclarations. "Elle a exprimé des regrets en indiquant qu'elle ne comprenait pas comment elle avait pu prendre une telle décision", a-t-il précisé. Les deux enfants ont été confiés aux services départementaux d'aide sociale à l'enfance (ASE) qui vont procéder à une évaluation de la situation familiale avant de préconiser un retour au domicile ou un éventuel placement.

L'état d'urgence est déclaré à Ferguson au lendemain d'une fusillade

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le mardi 11 août 2015 à 07h54. Modifié par 98,5 fm à 08h15.
L'état d'urgence est déclaré à Ferguson au lendemain d'une fusillade
Un policier a saisi un drapeau le drapeau des mains d'une personne, lundi soir, lors d'une manifestation à Ferguson. La protestation a été ponctuée de coups de feu./Photo: AP, Jeff Roberson
FERGUSON, Mo. - Plus d'une vingtaine de personnes ont été arrêtées au cours des dernières heures à Ferguson, au Missouri, au terme d'une quatrième nuit de manifestations organisées pour commémorer l'anniversaire de la mort de Michael Brown.
Le comté de St.Louis a déclaré une fois de plus l'état d'urgence, lundi, dans la petite banlieue de St.Louis.

Le chef de l'exécutif du comté Steve Stenger a annoncé par voie de communiqué qu'il décrétait l'état d'urgence, ce qui permet au chef de la police du comté de contrôler les opérations des policiers à Ferguson et dans les villes environnantes.

En début de soirée lundi, des centaines de personnes s'étaient rassemblées le long de la rue West Florissant, qui a été le théâtre des principales violences après la mort de M. Brown. Des manifestants ont lancé des débris aux policiers qui leur demandaient de ne pas bloquer l'artère.

On ne rapporte pas de coups de feu ou d'incidents de pillage ou de vandalisme pendant la nuit.

Une soixantaine de personnes avaient précédemment été arrêtées pendant la journée de lundi.

Google devient Alphabet

http://www.985fm.ca/economie/nouvelles/

Publié par 98,5 fm pour CogecoNouvelles le mardi 11 août 2015 à 06h56. Modifié à 08h37.
Google devient Alphabet
Photo: archives AP
(Cogeco Nouvelles) - Google se réorganise et change de nom.
On en parle en ondes :
La nouvelle entité s'appelle Alphabet et devient la maison-mère de l'ensemble des sociétés du groupe.
On veut ainsi séparer les activités sur Internet des autres plus expérimentales.

Les principales activités sur le web - telles que le moteur de recherche en ligne, la publicité, la cartographie, les applications, le système d'exploitation Android, YouTube - resteront sous l'appellation Google, qui devient une filiale de la nouvelle société Alphabet.

Toutefois, les activités périphériques, comme les voitures sans conducteur, relèveront d'Alphabet. Celle-ci remplacera Google en bourse.
Cette annonce surprise après la clôture à Wall Street a d’ailleurs été saluée par un bond du titre de près de 7 % à 708 $ dans les transactions hors séance.
À l'issue de cette opération, Sundar Pichai, actuel vice-président chargé des produits, deviendra le nouveau directeur général de Google, dont tous les actuels directeurs vont intégrer la direction d'Alphabet. Ruth Porat, arrivée chez Google en mars en provenance de Morgan Stanley, cumulera notamment les postes de directrice financière de Google et d'Alphabet.

La FTQ choisit le NPD

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par 98,5 fm pour CogecoNouvelles le mardi 11 août 2015 à 06h46. Modifié à 07h45.
La FTQ choisit le NPD
Le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieu/Source de la photo: site internet de la FTQ
(Cogeco Nouvelles) - La Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) tourne le dos au Bloc québécois et donne son appui au Nouveau Parti démocrate (NPD) pour la première fois dans une campagne électorale fédérale.
Dans une entrevue à La Presse, le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux, a révélé que la plupart des syndicats affiliés à la FTQ n'appuieront pas le Bloc québécois comme ce fut le cas depuis la première élection de la formation souverainiste en 1993, exception faite en 2004.
Serge Cadieux a affirmé que le parti de Thomas Mulcair représente mieux les valeurs et les revendications mises de l'avant par la FTQ.
M. Cadieux a dit ne pas connaître un seul syndicat de la FTQ qui donne son appui au Bloc québécois, que la centrale a appuyé dans le passé. Les organisations affiliées vont plutôt appuyer le NPD.
« La FTQ avait déjà annoncé l'an dernier que l'équipe nationale travaillerait activement à faire battre les candidats conservateurs dans une petite dizaine de circonscriptions au Québec, peut-on lire dans l’article de Philippe Teisceira-Lessard. Pour ce faire, elle appuiera localement le candidat bloquiste, libéral ou néo-démocrate qui a le plus de chances de défaire le représentant de Stephen Harper. »
L'organisation revendique le statut de plus important syndicat au Québec, avec plus d'un demi-million de membres, soit 44% de la main-d'oeuvre syndiquée au Québec.
La FTQ a appuyé le mouvement souverainiste lors des deux référendums tenus à cet effet.
(Avec La Presse et La Presse Canadienne)

Dubaï : un père empêche les secours d'aider sa fille, elle se noie

http://www.lepoint.fr/monde/

L'homme, asiatique, ne voulait pas que des sauveteurs étrangers touchent sa fille. Il craignait que cela la "déshonore". La jeune femme de 20 ans est morte.



Publié le  | Le Point.fr

Une plage de Dubaï, photo d'illustration.

"C'est un incident que je ne peux pas oublier." Le lieutenant-colonel Ahmed Burquibah, en charge de la brigade de recherche et sauvetage de la police de Dubaï, est encore "choqué" par cette affaire. La mort d'une jeune fille de 20 ans, qui s'est noyée sur une plage de Dubaï, parce que son père n'a pas voulu qu'elle soit secourue. Ou plus exactement, que les sauveteurs présents sur le sable ce jour-là, "des hommes étrangers", la touchent, sous peine de la "déshonorer". Comme le rapporte La Tribune de Genève .

Un homme violent

Tout avait pourtant bien commencé, "le père asiatique avait emmené sa femme et ses enfants à la plage pour un pique-nique et prendre du bon temps", raconte le lieutenant au site Emirates 24/7. Les enfants étaient ensuite allés nager. "Quand, tout d'un coup, la fille âgée de 20 ans a commencé à se noyer et a appelé au secours." Deux sauveteurs, alertés par les cris, se sont alors précipités pour lui venir en aide. Avant d'être stoppés net dans leur course par le père de la jeune femme. Un homme a priori "grand et fort", qui serait même devenu "violent" avec l'équipe de sauvetage.

Il préférait "laisser sa fille mourir"

Ce dernier leur aurait alors signifié qu'il préférait "laisser sa fille mourir" plutôt qu'elle soit "touchée par des hommes étrangers". À en croire le lieutenant-colonel Ahmed Burquibah, le père considérait que cela aurait déshonoré sa fille. Une croyance qui aura coûté la vie à cette jeune femme de 20 ans. Le père, lui, a finalement été arrêté par la police de Dubaï pour avoir empêché l'équipe de sauvetage de faire son travail. "Il a été poursuivi et attaqué en justice par les autorités compétentes."

Une adolescente disparue à Longueuil

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Léandre Drolet pour 98,5 fm le lundi 10 août 2015 à 21h20. Modifié à 22h42.
Une adolescente disparue à Longueuil
Andréann Laporte, âgée de 16 ans, disparue à Longueuil./SPAL
(98,5 fm) - Le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) recherche activement Andréann Laporte, âgée de 16 ans.
L’adolescente a été vue pour la dernière fois dimanche matin vers midi, à sa résidence de Saint-Hubert.
Le SPAL a des raisons de craindre pour sa sécurité puisque qu’elle a quitté son domicile sans ses médicaments.
L’adolescente pourrait se trouver dans la région du grand Montréal.
Elle a les cheveux rouges, les yeux bruns, mesure 1 m 60 (5 pi 3 po), pèse 45 kg (100 lb), s’exprime en français et porte un grand tatouage de fleur sur la cuisse droite.
Toute personne détenant des renseignements pouvant aider la localiser peut communiquer avec le SPAL au 450 463-7211 ou le 911.