dimanche, juillet 26, 2015

Lettre ouverte de la part d'un ''sal motard''

http://www.veuxturire.com/images/

Lettre ouverte de la part d'un ''sal motard''

24 JUILLET 2015
Comme vous le savez, plusieurs d'entres-nous jugent les gens dès le premier regard.
Si la personne semble bien mise et sans aucun tatouage, elle semblera plus digne de confiance qu'un homme imposant avec un t-shirt de Harley et quelques tatouages.
L'histoire qui suite est véridique et l'homme en question a écrit une lettre ouverte qui fait vraiment réfléchir!
Voici la publication en question

Ottawa 2015: trois enjeux de fond

http://www.journaldemontreal.com/

Mathieu Bock-Coté
C’est l’été, chacun vaque à son barbecue, mais, déjà, nous sentons venir les prochaines élections fédérales. Elles sont officiellement prévues pour le 19 octobre 2015.
Certains se demandent même, à la manière d’un rituel, si elles ne seront pas avancées. Chose certaine, elles seront d’une importance capitale et pourraient représenter une petite révolution dans la vie politique canadienne. Pour trois raisons.
Trois raisons
Le Parti conservateur est au pouvoir depuis 2006. Mais il n’est majoritaire que depuis 2011. On le sait, ses stratèges souhaitaient en faire le parti natu­rel de gouvernement au Canada. Quel mandat voudra-t-il obtenir de la population, au-delà des thèmes de campagne comme la lutte contre le terrorisme ou la santé des finances publiques? On aurait tort de croire que les conservateurs ont accompli l’essentiel de leur programme.
De leur point de vue, le Canada a été dénaturé depuis plusieurs décennies par la philosophie libérale, qui dominerait encore le système médiatique et la fonction publique. Ils croient probablement devoir travailler aussi longtemps pour faire renaître leur Canada idéal. Mais quels objectifs se donneront-ils? Par exemple, s’ils obtiennent une nouvelle majorité, quel sort réserveront-ils à Radio-Canada? Quels seront leurs prochains grands coups?
Deuxième enjeu de ces élections fédérales: l’avenir de la gauche et du centre gauche à Ottawa. Au lendemain des élections de 2011, une analyse faisait consensus: les progressistes seraient condamnés à l’opposition tant qu’ils seraient divisés entre le NPD et le PLC. Ils devaient trouver une manière de s’unir à moins d’accepter de périr. Mais un autre scénario se dessine: le NPD pourrait bien gagner seul.
Qu’adviendrait-il alors du Parti libéral? Justin Trudeau sera-t-il son fossoyeur? C’est possible. C’est probablement le politicien le moins qualifié prétendant au rôle de premier ministre du Canada depuis très longtemps. Son effondrement électoral confirmerait au moins une chose: l’être ne s’efface pas toujours devant le paraître.
Ce parti attirait les ambitieux et les élites BCBG. S’il les perd, que lui restera-t-il?
Quel sera son créneau?
Et le Québec ?
Troisième enjeu: la place du Québec dans la campagne. Habituellement, on voulait le gagner en jouant une carte nationaliste. Plus maintenant. Le PCC entend seulement convaincre les Québécois que ses valeurs de droite sont les leurs. Inversement, le PLC leur dit qu’il défendra mieux leurs valeurs progressistes contre celles de Stephen Harper. Chacun vend sa camelote en se fichant des revendications du Québec. Il faut dire que le gouvernement Couillard s’en fiche aussi.
Le NPD prétend tenir compte du nationalisme québécois. Mais il propose un programme incroyablement centralisateur. Il veut qu’Ottawa s’occupe des municipalités, de garderies, d’éducation, de santé. Il empiète sur les compétences des provinces. Apparemment, les Québécois s’en fichent. Une forme d’inculture constitutionnelle les pousse à la négligence politique. Ajoutons que le NPD change de programme selon qu’il parle français ou anglais.
Quel sort attend alors le Bloc québécois? Que serait une victoire pour lui? Douze députés? Depuis son retour inattendu en politique, Gilles Duceppe l’a remis en selle.
On ne l’enterre plus à l’avance. Mais une tendance lourde joue contre lui.
Parviendra-t-il à réanimer la question nationale à Ottawa? Les Québécois sont-ils encore prêts à la prioriser, alors qu’on les invite plutôt à choisir entre la gauche et la droite?

Si le Québec avait dit Oui : retour sur Confessions post-référendaires

http://www.journaldemontreal.com/

Mathieu Bock-Coté
Dans Confessions post-référendaires (Éditions de l’homme, 2014), un livre paru il y a quelques mois, l’objectif de Chantal Hébert et de Jean Lapierre était le suivant: revenir, vingt ans plus tard, avec les principaux acteurs du référendum de 1995 (de Jacques Parizeau à  Bob Rae en passant par Mario Dumont et Daniel Johnson et tant d’autres) pour comprendre ce qu’ils avaient prévu faire si le Oui l’avait emporté. Aurait-il conduit à l’indépendance? À une réforme de la fédération? À des tensions sociales de plus ou moins grande envergure? Le simple fait de poser la question nous rappelle que l’histoire n’est jamais écrite à l’avance et qu’on ne saurait prévoir comment chacun réagira dans une crise politique ouverte par un référendum d’accession à l’indépendance. Une victoire référendaire ouvre une épreuve de force: ceux qui s’y sont bien préparés ont une chance de la remporter, sans en être certains.
Une chose ressort clairement: tous les acteurs n’étaient pas également préparés. Dans le camp du Oui, seul Jacques Parizeau avait vraiment pensé à tout. Il en ressort grandi. Comment dire? Il avait tout prévu, dans la mesure où il est possible de se préparer à une situation exceptionnelle. Lucien Bouchard et Mario Dumont se contentaient en quelque sorte de travailler à gagner le référendum, ce qui n’était pas une mince tâche, sans trop savoir ce qui sortirait d’une victoire, comme s’il s’agissait davantage de remporter un Oui que de s’appuyer sur lui pour en arriver à la souveraineté. Positivement, on se dira que l’équipe de 1995 regroupait à la fois les hommes nécessaires pour rassembler le vote populaire, et l’homme indispensable pour le convertir en déclaration d’indépendance. Négativement, on dira que des hommes divisés autour d’un objectif aussi fondamental peuvent difficilement y arriver.
Imaginons le scénario suivant, car Confessions post-référendaires le suggère. Le Oui l’emporte à 52%. Jacques Parizeau, conformément au projet de loi sur l’avenir du Québec et à l’entente du 12 juin, qui liait les chefs nationalistes dans un pacte souverainiste, enclenche la machine pour que l’indépendance se fasse rapidement, tout en se pliant au projet de partenariat qu’il doit aussi soumettre au Canada. Imaginons alors que Lucien Bouchard cherche à ralentir le tout, et qu’il soit soutenu par Mario Dumont, le premier parce qu’il veut donner plus de temps à la conclusion d’une nouvelle association, le second croyant peut-être enfin possible d’obtenir la réforme de la fédération qu’il avait d’abord souhaité. Tout cela est évidemment spéculatif. Mais aurions-nous assisté à un conflit des chefs, entre Jacques Parizeau, le premier ministre, et Lucien Bouchard, le chef officieux du camp du Oui, à un vrai conflit entre la légalité et la légitimité? Auraient-ils néanmoins conservé leur unité devant l’inévitable contre-offensive canadienne?
On a beaucoup reproché à Jacques Parizeau d’avoir rompu les communications avec Lucien Bouchard le jour du référendum. Peut-être était-ce une manière de rappeler qui était le vrai chef de cette entreprise et qu’il reprenait les commandes? Chose certaine, la politique, ici, met en scène des volontés contradictoires au sein d’un même camp et on peut deviner que le choc aurait pu être brutal si Parizeau avait décidé d’enclencher la démarche vers la souveraineté devant un Bouchard enfilant ses grands habits de négociateur. On ne peut s’empêcher d’imaginer les différentes tournures possibles d’un tel affrontement. Rien n’est plus humain que la conquête et l’exercice du pouvoir. Peut-être aussi qu’un Oui aurait balayé les résistances et les scrupules de chacun. Il arrive que l’histoire, lorsqu’elle se met en marche, balaie toutes les volontés et transforme les sceptiques en enthousiastes, l’énergie libérée par la crise politique rendant possible ce qui était la veille inimaginable.
Le camp du Non était éclaté aussi. On s’en doutait. Dans un premier temps, on croyait la victoire assurée. Le référendum était une formalité. Puis les choses se sont compliquées. Que faire alors devant une victoire souverainiste? Chez les fédéralistes, la vraie ligne de clivage distingue ceux qui auraient reconnu la légitimité d’un Oui et ceux qui auraient tout fait pour le renverser. Pour plusieurs, une victoire éventuelle du Oui n’était qu’un obstacle à surmonter pour s’assurer que le Québec demeure dans la fédération. On comprend, à la rigueur, l’attitude résolue des leaders canadien-anglais qui ne veulent pas faire de cadeau au Québec, qui veulent l’obliger à se séparer ou se soumettre et qui espèrent surtout le soumettre pour en finir avec lui. On comprend moins certains Québécois d’Ottawa, comme André Ouellet, qui poussent le zèle fédéraliste jusqu’à la déloyauté nationale – on pourrait bien utiliser un autre mot, si notre époque n’avait pas tendance à le proscrire. L’histoire du Canada, et plus encore, du PLC, l’a confirmé à maintes reprises : c’est en travaillant contre son peuple qu’un francophone peut faire carrière une belle carrière politique dans le système fédéral.
Imaginons encore une fois un scénario. Après un Oui, le cabinet fédéral est divisé. Jean Chrétien et ses ministres québécois font tout pour se maintenir en poste, en adoptant la ligne la plus dure qui soit. Certains ministres du Canada anglais font de même, ainsi que des leaders provinciaux, qui veulent casser les velléités sécessionnistes des Québécois. Mais il y en a d’autres qui disent:qu’ils fichent le camp qu’on en finisse. Le Canada se serait-il finalement divisé sur le traitement à réserver aux Québécois? Nous serions-nous retrouvés devant un camp fédéral décidé à retenir le Québec contre son gré dans une fédération lui apparaissant soudainement étrangère? Qu’est-ce qui se serait passé si Ottawa avait décidé d’organiser son propre référendum, avec sa propre question, dans un Québec en processus de sécession? Chose certaine, le Canada ne s’interdit pas le recours à la raison d’État, alors que les souverainistes, souvent, se noient dans la morale. Mais la morale est peut-être la seule arme dont disposent les faibles.
Confessions post-référendaires relève du journalisme politique d’excellente tenue. En interviewant les grands acteurs  de 1995, Hébert et Lapierre font même œuvre d’historiens, et leur travail est une contribution majeure à la compréhension de notre histoire politique. On peut toutefois y trouver une source de méditation sur la nature de l’action politique. On ne se sépare pas d’un État sans une stratégie clairement établie. Mais une fois fixée, cette stratégie n’abolira jamais, quoi qu’on en pense, la part d’improvisation inévitable qui vient avec la politique, et le fait que les hommes qui s’y meuvent réagissent davantage aux circonstances qu’ils n’y commandent, même s’ils peuvent s’appuyer sur elles pour dévier le cours des événements. De là l’importance d’avoir un cap bien défini. Il faut savoir où on va, quitte ensuite à multiplier les détours et à s’aventurer dans des chemins imprévus. Comme l’écrivait Aron, l’homme fait l’histoire mais ne sait pas l’histoire qu’il fait.
Tous les acteurs interviewés par Hébert et Lapierre reconnaissent qu’un référendum d’autodétermination remue une nation dans ses profondeurs. Nous sortons alors des artifices juridiques et techniques. Banalité, répondront certains. Banalité supérieure, répondrait-on, à la suite d’André Gide. Car la politique, aujourd’hui, a tendance à nier cette charge passionnelle, comme si elle était inutile, ou même nuisible, alors que c’est seulement parce qu’un homme politique parvient à l’activer qu’il peut porter et réaliser de grands projets – ou provoquer une catastrophe, si cela tourne mal. Le référendum, pour l’immense majorité d’entre eux, a été le moment le plus important de leur vie politique. C’est normal: on choisissait alors un pays. On déterminait le cadre de la souveraineté. C’est une vraie affaire. On comprend aussi que les passions politiques se chauffent et se refroidissent selon les époques. En ce moment, elles semblent congelées.
On lira ce livre avec un peu de tristesse. Il y a vingt ans, le Québec est passé à côté de son destin et depuis, il en paie le prix. Lors de sa publication, quelques intellectuels, comme Joseph-Yvon Thériault et Christian Dufour, ont noté que bien des souverainistes ont préféré se réfugier dans l’exploration d’un Oui imaginaire et fantasmé plutôt que de regarder la situation objective d’un Québec en régression. Il y a du vrai dans ce reproche. Se couper du réel est impardonnable en politique. Mais il est important aussi de se rappeler que le destin des hommes dépend finalement de peu de choses, et que quelques milliers de votes auraient pu créer une situation absolument neuve où la virtùde nos politiques aurait dû se manifester comme jamais. De ce point de vue, on lira Confessions post-référendaires non seulement comme un livre d’histoire, mais peut-être aussi comme un livre d’anticipation.
  • Chantal Hébert et Jean Lapierre, Confessions post-référendaires, Montréal, Éditions de l’homme, 2014

Campagne électorale: le Bloc est confiant, malgré les sondages

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le dimanche 26 juillet 2015 à 06h51. Modifié par Jean-François Cyr à 07h19.
Campagne électorale: le Bloc est confiant, malgré les sondages
Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe/Photo: archives Presse Canadienne
MONTRÉAL - Comme la plupart des politiciens fédéraux, le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, prend peu de repos cet été, afin d'aller à la rencontre des électeurs.
Samedi, M. Duceppe s'est rendu dans la région de Québec pour participer à l'événement «Électrifiant», à l'Ile d'Orléans, pour parler de transport électrique et d'infrastructures.

Dimanche, le chef bloquiste devait assister au Festival «Mémoire et Racines», à Saint-Charles-Borromée, dans Lanaudière.

L'horaire de Gilles Duceppe sera très chargé au cours des prochaines semaines, alors que le déclenchement de la campagne électorale est imminent.

A son retour comme chef du Bloc, le parti a connu un regain de popularité, grimpant d'une dizaine de points dans les sondages. Mais les récentes enquêtes d'opinion ont indiqué une régression du Bloc dans les intentions de vote.

Selon le député bloquiste Louis Plamondon, il ne faut surtout pas «s'en faire outre-mesure». Il croit que l'électorat est très volatile, et que le Bloc est en bonne position.

M. Plamondon estime que le retour de Gilles Duceppe a motivé les troupes. Il soutient que le parti accueille régulièrement de nouveaux membres depuis, et que les dons à la formation sont nombreux, parfois même sans sollicitation.

Le vétéran député assure que tous les souverainistes du Québec, qui militent au Parti québécois, à Option nationale ou à Québec solidaire, sont unis derrière le Bloc.

ÉNERGIE Hautes tensions entre Québec et Terre-Neuve

http://www.ledevoir.com/politique/

25 juillet 2015 | Marco Bélair-Cirino - Correspondant parlementaire à Québec | Canada
Le projet de Muskrat Falls, sur la rivière Churchill à Terre-Neuve, est en construction.
Photo: Andrew Vaughan La Presse Canadienne

Le projet de Muskrat Falls, sur la rivière Churchill à Terre-Neuve, est en construction.

La voiture de taxi file dans le brouillard épais et blanchâtre du matin vers l'aéroport international de Saint-Jean de Terre-Neuve. Matthew (prénom fictif) tapote doucement le volant. À mi-chemin, il détache son regard de la route, lève les sourcils...
Lire la suite...
http://www.ledevoir.com/politique/canada/445978/energie-hautes-tensions-entre-quebec-et-terre-neuve

Litiges Québec–Terre-Neuve-et-Labrador
Labrador Le Québec n’a toujours pas reconnu la frontière méridionale du Labrador terre-neuvien établie le long du 52e parallèle par le Conseil privé de Londres en 1927. Cette mésentente est d’ailleurs signalée sur les cartes officielles du Québec fixant la limite des deux provinces à partir de la ligne de partage des eaux.

Churchill Falls T.-N.-L. a fait appel de la décision de la Cour supérieure du Québec confirmant la validité du contrat d’électricité signé en 1969 entre Hydro-Québec et la Churchill Falls (Labrador) Corporation Limited. Valide jusqu’en 2041, cette entente a permis au Québec d’engranger plus de 25 milliards contre un peu moins de 2 milliards pour Terre-Neuve depuis 1969.

Old Harry Le gisement d’hydrocarbures de près de deux milliards de barils de pétrole est situé à cheval sur la frontière maritime séparant le Québec et T.-N.-L. Bien qu’elle ait été reconnue par des tribunaux administratifs, cette ligne de démarcation fixée en 1964 est contestée par Saint-Jean de Terre-Neuve.

Sur le même sujet

Le Bloc québécois a 25 ans

  http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le samedi 25 juillet 2015 à 10 h 13 HAE   La Presse Canadienne
En 1993, Lucien Bouchard était chef du Bloc québécois.
En 1993, Lucien Bouchard était chef du Bloc québécois. 
Photo :  PC/RYAN REMOIRZ

Il y a 25 ans, le 25 juillet 1990, le ministre conservateur démissionnaire Lucien Bouchard créait le Bloc québécois, à la suite de l'échec de l'Accord du lac Meech.
Des députés conservateurs et libéraux s'unissaient pour former ce parti qui promettait d'être voué à la défense des intérêts du Québec à Ottawa.
Louis Plamondon est de ceux qui ont adhéré à cette nouvelle formation dès sa création. Il quittait le Parti conservateur pour joindre le Bloc, qu'il représente toujours, 25 ans plus tard, comme député de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancour.
Il estime que l'échec de Meech avait laissé deux choix aux nationalistes : « s'écraser à l'intérieur du système fédéraliste ou emprunter la voie de la souveraineté ».
M. Plamondon admet qu'il ne croyait pas que le Bloc québécois serait toujours là, 25 ans après sa création. Selon lui, tous misaient sur une victoire au référendum de 1995, ce qui ne s'est pas concrétisé.
« Les membres du Bloc ont donc dû se raviser, ajoute-t-il, et poursuivre la lutte à Ottawa jusqu'à un autre référendum gagnant ».
« Il ne fallait surtout pas abandonner nos sièges et les laisser à ceux qui venaient de nous faire perdre le référendum de 1995 », clame le député bloquiste.
Louis Plamondon estime qu'il fallait « garder le fort » et continuer de défendre les intérêts du Québec dans un parlement « où les intérêts du Canada ont toujours priorité ».
Selon lui, aucun autre parti fédéral ne fait « triompher » les intérêts du Québec, à Ottawa.
Quant à l'avenir du Bloc québécois, « il est prometteur », dit M. Plamondon. Il anticipe que le retour de Gilles Duceppe comme chef pourrait permettre au parti de remporter entre 25 et 30 circonscriptions lors des prochaines élections générales.
Gilles Duceppe entouré d'autres membres du Bloc québécois à l'occasion d'une conférence de presse marquant son retour à Ottawa.
Gilles Duceppe entouré d'autres membres du Bloc québécois à l'occasion
d'une conférence de presse marquant son retour à Ottawa.
 Photo :  PC/FRED CHARTRAND

Obama à la défense des homosexuels au Kenya

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

Mise à jour le samedi 25 juillet 2015 à 13 h 11 HAE  Reuters

Le Kenya ne devait pas faire de discrimination à l'encontre des personnes homosexuelles, a déclaré Barack Obama lors de son voyage dans le pays.
Traiter les gens de façon différente en raison de leur orientation sexuelle porte atteinte à la liberté et ensuite, « de mauvaises choses se produisent », a déclaré le président américain lors d'une conférence de presse commune avec son homologue kényan Uhuru Kenyatta.
« En tant qu'Afro-Américain, c'est avec douleur que je constate ce qui se passe quand on traite les gens de façon différente [...] De mauvaises choses se produisent. »— Barack Obama

Le président Kenyatta a déclaré que le Kenya et les États-Unis partageaient de nombreuses valeurs, mais pas sur tous les plans.
L'homosexualité est interdite au Kenya, comme dans de nombreux États africains.
Le vice-président kényan William Ruto a déclaré au mois de mai qu'il n'y avait « pas de place » pour les homosexuels au Kenya.
Barack Obama a salué la récente décision de la Cour suprême des États-Unis autorisant le mariage entre personnes de même sexe.
Terrorisme
Le président américain a par ailleurs assuré le gouvernement de Nairobi du soutien des États-Unis dans la lutte contre le terrorisme islamiste du groupe somalien Al-Shabab, qui a notamment pris pour cible le Kenya.
« Nous avons été capables de réduire leur contrôle à l'intérieur de la Somalie et nous avons affaibli les réseaux qui opéraient dans cette région d'Afrique de l'Est », a dit Barack Obama à propos des Shabab, lors d'une conférence de presse avec le président Uhuru Kenyatta Uhuru Kenyatta.
Il a annoncé que les États-Unis allaient accroître leur aide au Kenya dans cette lutte contre le terrorisme, par la formation et le financement.

La Grande-Bretagne tiendrait un référendum sur son appartenance à l'UE d'ici un an

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/

Mise à jour le samedi 25 juillet 2015 à 22 h 06 HAE  Radio-Canada avec Reuters
Le premier ministre sortant, David Cameron, prononce un discours à Bedford, dans le sud de l'Angleterre, le 22 avril 2015.
Le premier ministre sortant, David Cameron, prononce un discours à Bedford,
dans le sud de l'Angleterre, le 22 avril 2015.
  Photo :  Toby Melville/Reuters

Le référendum sur l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'Union européenne sera organisé d'ici un an, rapporte l'Independent on Sunday. David Cameron est à l'origine de cette initiative et espère inciter ses partenaires à faire rapidement des concessions à Londres.
Selon le journal dominical, le premier ministre prévoit d'annoncer la date de la consultation pendant le congrès du Parti conservateur en octobre prochain, le mois de juin 2016 semblant le choix le plus probable.
Un porte-parole du 10, Downing Street n'a pas souhaité commenter cette information de presse.
David Cameron a promis avant la victoire de son parti aux législatives de mai dernier d'organiser un référendum d'ici à la fin 2017. Il a depuis entamé une tournée des capitales européennes pour défendre les réformes qu'il réclame pour appeler à voter « oui », dont l'autorisation de réduire les prestations sociales des ressortissants de l'UE qui s'installent au Royaume-Uni ou le droit pour les pays membres de bloquer la législation européenne.