Information sur la politique 1

mardi, mai 19, 2015

LE MOUVEMENT ÉCOLOGIQUE



http://sousesprit.com/

jaysclick | 5 mai 2015 
mouvement-ecologiqueA la caisse d’un super marché une vieille femme choisit un sac en plastique pour ranger ses achats. La caissière lui reproche alors de ne pas se mettre à « l’écologie » et lui dit:
« Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources! »
La vieille femme s’excusant auprès de la caissière expliqua:
« Je suis désolée, nous n’avions pas de mouvement écologique dans mon temps. »
Alors qu’elle quittait le magasin, la mine déconfite, la caissière en rajouta:
« Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à notre dépens.
C’est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l’environnement dans votre temps! »
La vieille dame se retournant admît qu’à l’époque, on retournait les bouteilles de lait, les bouteilles de limonade et de bière au magasin qui les renvoyait à l’usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau ; on utilisait les mêmes bouteilles à plusieurs reprises.
À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées,
mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.
De mon temps, on montait l’escalier à pied : on n’avait pas d’escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux. On marchait jusqu’à l’épicerie du coin aussi. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux rues.
Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.
À l’époque, on lavait les couches de bébé avec du savon ; on ne connaissait pas les couches jetables ni les lingettes.
On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge; pas dans un machine avalant 3000 watts à l’heure.
On utilisait l’énergie éolienne et solaire pour vraiment sécher les vêtements.
À l’époque, on recyclait systématiquement les vêtements qui passaient d’un frère ou d’une soeur à l’autre.
C’est vrai ! on ne connaissait pas le mouvement écologique
À l’époque, on n’avait qu’une TV ou une radio dans la maison ; pas une télé dans chaque chambre. Et la télévision avait un petit écran de la taille d’une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l’État du Texas.
Dans la cuisine, on s’activait pour fouetter les préparations culinaires et pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu’EDF en produit.
Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boites ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.
À l’époque, on utilisait l’huile de coude pour tondre le gazon ; on n’avait pas de tondeuses à essence auto-propulsées ou auto portées.
À l’époque, on travaillait physiquement; on n’avait pas besoin d’aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l’électricité.
Mais, vous avez raison : on ne connaissait pas le mouvement écologique.
À l’époque, on buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif ; on n’utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter à chaque fois qu’on voulait prendre de l’eau.
On remplissait les stylos plumes dans une bouteille d’encre au lieu d’acheter un nouveau stylo ; on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir après chaque rasage.
Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.
À l’époque, les gens prenaient le bus, le métro et les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l’école au lieu d’utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi de 24 heures sur 24.
À l’époque, les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d’une année sur l’autre, les crayons de couleurs, gommes, taille crayon et autres accessoires duraient tant qu’ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers à jeter fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée.
Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.
On avait une prise de courant par pièce, pas une bande multi-prises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d’aujourd’hui.
ALORS NE VIENS PAS ME FAIRE CHIER AVEC TON SAC PLASTIQUE ET TON MOUVEMENT ÉCOLOGIQUE !!!!!!
La vieille dame avait raison : à son époque, on ne connaissait pas le mouvement écologique, mais on vivait chaque jour de la vie dans le respect de l’environnement.

Colère de Kim Jong-Un dans un élevage de tortues

http://fr.canoe.ca/infos/international

Colère de Kim Jong-Un dans un élevage de tortues
Kim Jong-Un.Capture d'écran du «Rodong Sinmun»
SÉOUL - Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un s'est mis en colère mardi dans un élevage de tortues qu'il estime mal géré, couvrant publiquement de réprimandes ses employés hébétés, a rapporté la presse officielle.

Le Rodong Sinmun, organe du parti unique de Corée du Nord, a publié en première page une large photographie du dirigeant furibond, le doigt accusateur devant les bassins, une image rare car Kim Jong-Un est en général représenté souriant et encourageant avec les ouvriers des sites qu'il visite.

Au cours de sa visite d'inspection de la ferme, le dirigeant coréen a «fortement critiqué les échecs de ses responsables qui mettent en lumière leur incompétence, leur façon de penser dépassée et leurs méthodes de travail irresponsables», a rapporté de son côté l'agence officielle KCNA.

Kim a semble-t-il pris d'autant plus ombrage des médiocres performances de l'exploitation que la ferme a été créée à l'initiative de son père, Kim Jong-Il, auquel il a succédé à la mort de ce dernier en décembre 2011.

«Les employés qui ne savent pas garder en mémoire les exploits (de Kim Jong-Il) en tant que dirigeant ne peuvent accomplir leur mission de responsables de la production», a ajouté Kim, selon des propos cités par KCNA.

La viande de tortue est un mets cher mais très apprécié des Coréens. Elle est généralement servie en soupe, réputée pour ses vertus nutritives.

Comme son père et son grand-père Kim Il-Sung, Kim Jong-Un se rend souvent dans les usines, les écoles, les fermes et les casernes du pays pour y dispenser son savoir.

Chacun de ces déplacements est suivi par les médias d'État et les images qui en sont rapportées montrent la plupart du temps un Kim Jong-Un souriant ou interrogateur, posant des questions et encourageant les ouvriers tout en leur prodiguant des conseils.

Les admonestations publiques comme celle des employés de la ferme mardi sont en revanche beaucoup plus rares et de funeste augure pour les employés.

Selon l'agence de renseignement sud-coréenne (NIS), Kim Jong-Un a récemment «purgé» son ministre de la Défense Hyon Yong-Chol, et celui-ci aurait pu être exécuté.

La NIS avait déjà annoncé en avril que le dirigeant de ce pays des plus hermétiques au monde avait ordonné le passage par les armes de 15 responsables, dont deux vice-ministres, pour avoir mis en cause son autorité.

Plus de 60 morts dans un glissement de terrain en Colombie

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

 Mise à jour le mardi 19 mai 2015 à 2 h 26 HAE  Reuters
Des résidents de Salgar, en Colombie, tentent de récupérer leurs biens dans leurs maisons détruites par le glissement de terrain, le 18 mai.
Des résidents de Salgar, en Colombie, tentent de récupérer leurs biens dans leurs maisons
détruites par le glissement de terrain, le 18 mai.
  Photo :  PC/AP/Luis Benavides

Un glissement de terrain survenu lundi dans le nord-ouest de la Colombie a fait au moins 61 morts et 37 blessés, selon un bilan toujours provisoire, ont rapporté les autorités locales.
Un bilan précédent de l'Unité nationale pour la gestion du risque de catastrophes naturelles mentionnait 52 morts.
Les recherches de survivants ont été interrompues lundi soir et reprendront mardi à l'aube.
Après des pluies diluviennes, des flots de boue ont brutalement envahi les habitations de la localité de Salgar, dans le département d'Antioquia, et ont détruit tout sur leur passage.
Le président colombien Juan Manuel Santos s'est rendu sur place et a assuré que le gouvernement fournirait toute l'aide nécessaire aux victimes. « Nous ne savons pas combien il y a de disparus », a-t-il dit.

"BONJOUR TWITTER! C'EST BARACK"

http://www.parismatch.com/Actu/International/

Le 19 mai 2015 | Mise à jour le 19 mai 2015
"Bonjour Twitter! C'est Barack"
Barack Obama.  © REUTERS/Yuri Gripas

Après six ans à Maison Blanche, Barack Obama a ouvert son propre compte Twitter lundi 18 mail, et s'est lui-même amusé de ce "retard" technologique. Sa femme aussi en a plaisanté: "Il était temps @POTUS !", a répondu Michelle Obama.
"Père, mari et 44e président des Etats-Unis", Barack Obama a désormais son compte personnel sur Twitter. "Bonjour Twitter! C'est Barack", a lancé le président américain lundi matin dans son premier tweet, rédigé depuis le Bureau ovale. "Après six ans, ils me donnent enfin mon propre compte". En quelques heures, et trois tweets seulement, ce compte, baptisé @POTUS (acronyme de President Of The United States), avait déjà dépassé le cap du million d'abonnés. A la différence du compte officiel de l'exécutif américain (@WhiteHouse), alimenté par ses équipes, les tweets seront ici exclusivement rédigés par le président. "Il était temps @POTUS !", a tweeté sa femme, Michelle Obama.

Un homme d’Ottawa a droit à un nouveau procès, parce que le premier n’était pas en français

http://ici.radio-canada.ca/regions/ontario/

Justice : marteau et balance
 Photo :  IS/Cristian Baitg
La Cour d'appel de l'Ontario a suspendu le procès d'un homme d'Ottawa, accusé dans le cadre d'une opération contre le trafic de cocaïne, en plus de forcer la Couronne à payer ses frais d'avocat, à la suite de « graves » violations de ses droits linguistiques.
Christian Munkonda avait demandé une enquête préliminaire et un procès bilingues, après son arrestation en 2010.
La Cour d'appel note plutôt une série de violations de ses droits :
  • Les procureures n'étaient pas toutes bilingues : « Les deux procureures unilingues de la poursuite ont plaidé la quasi-totalité du dossier. Si l'avocat de l'appelant formulait une objection en français relativement au témoignage présenté par une des procureures anglophones, la procureure n'était pas en mesure d'y répondre en français. Il me semble fort probable que le sergent Paul, un policier de Montréal, dont la langue première est le français, a présenté son témoignage en anglais parce que son témoignage a été préparé et présenté à la cour par une procureure anglophone. »
  • Les préavis et les documents en annexe étaient uniquement en anglais : « Plusieurs préavis ont été signifiés à l'appelant avant le début de l'enquête. Ceux-ci, ainsi que les documents préparés par le ministère public et mis en annexe, étaient uniquement en anglais. »
  • Jugement interlocutoire rendu en anglais : « Au début de l'enquête préliminaire, l'appelant a soulevé une objection en raison du fait que les procureures de la poursuite n'étaient pas toutes bilingues. L'objection a été plaidée en français, mais le juge a rendu sa décision en anglais, suivie d'un bref sommaire en français. »
  • Sténographe unilingue : « Lors de l'enquête préliminaire, l'appelant a demandé que la sténographe unilingue anglophone soit remplacée par une sténographe bilingue. Le juge a tout simplement refusé d'y donner suite. »
La Cour d'appel fustige dans son jugement, rendu plus tôt ce mois-ci, le magistrat de première instance, qui soutenait que le remplacement des procureures par des personnes bilingues, par exemple, coûterait trop cher et causerait des retards. « C'est quelque chose que j'aimerais faire dans un monde parfait, mais on ne vit pas dans un monde parfait », avait déclaré le magistrat. 
Me Ronald Caza, spécialisé dans les droits linguistiques, pense que ce jugement forcera les tribunaux à s'assurer que les ressources nécessaires en français soient disponibles.
« C'est un jugement qui est très important, qu'on attendait depuis longtemps, surtout au criminel. »— Ronald Caza, avocat

Selon Me Caza, le manque de personnel bilingue est « tellement fréquent » que « le système commençait à l'accepter ».
Retour à la case départ
La Cour d'appel n'a pas accédé à la requête de l'accusé d'annuler complètement les procédures contre lui, mais a renvoyé la cause à l'enquête préliminaire.
Pour sa part, l'avocat de M. Munkonda affirme au Toronto Star qu'il demandera l'abandon des accusations, compte tenu du long laps de temps écoulé depuis le début des procédures, il y a cinq ans.

Menaces: un couple mixte a dû quitter Kahnawake

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/faits-divers/

Publié le 19 mai 2015 à 05h00 | Mis à jour à 06h16
La tension continue de monter dans la réserve de Kahnawake, au sud de Montréal,... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)
PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

La tension continue de monter dans la réserve de Kahnawake, au sud de Montréal, alors qu'un couple mixte a cru nécessaire de quitter les lieux, la fin de semaine dernière, devant l'agressivité d'une partie de la population.
Amanda Deer, son fils de 12 ans et son conjoint non autochtone auraient été l'objet de tentatives brutales de vandalisme au cours du week-end de la part de militants qui leur enjoignaient de faire leurs valises, selon la CBC.
«Deux personnes qui voulaient nous voir partir ont tenté de défoncer ma porte d'entrée, a-t-elle déploré. Une porte près de la piscine était barrée. Ils tentaient de la briser. "Pars d'ici, va-t'en d'ici. Nous ne voulons plus de lui ici!" criaient-ils. Et la police regardait tout ça les bras croisés.»
Leur expulsion survient deux semaines après qu'un autre couple mixte eut fait face à une manifestation de militants traditionalistes leur demandant de quitter Kahnawake. Un règlement interne du conseil de bande prévoit que seuls les Mohawks peuvent demeurer dans la réserve.
Ce sont toutefois les antécédents criminels du conjoint non autochtone de Mme Deer qui auraient mis le feu aux poudres cette fois-ci, selon Michael Delisle, grand chef du conseil de bande.
«Il a interagi de manière très négative avec plusieurs membres de la communauté», a-t-il expliqué à la CBC, ajoutant toutefois que son statut de «Blanc» était un facteur dans l'équation.
Controverse
Le règlement interdisant aux non-autochtones de résider à Kahnawake fait l'objet d'une vive controverse. L'an dernier, quelques couples mixtes avaient mandaté l'avocat Julius Grey pour le faire annuler.
Informé par La Presse de la situation d'Amanda Deer, Me Grey a exprimé son désaccord total devant ce «regrettable» événement. «On n'a pas le droit de faire ça, a-t-il dit. Imaginez: est-ce qu'on peut expulser quelqu'un de Westmount parce que son conjoint sort de prison?
Sollicité pour une entrevue, le conseil de bande de Kahnawake n'a pas voulu réagir à la situation. «Le grand chef ne fait plus d'entrevues aujourd'hui», a déclaré Joe Delaronde dans un courriel. «Le Conseil mohawk de Kahnawake va émettre un communiqué demain [aujourd'hui].»

Le corps de Rémy Nolet repêché

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Léandre Drolet pour CogecoNouvelles le lundi 18 mai 2015 à 15h28. Modifié par Charles Payette le mardi 19 mai 2015
Le corps de Rémy Nolet repêché
Rémy Nolet.
(Cogeco Nouvelles) - Le corps de Rémy Nolet a été repêché par des pêcheurs dans le bassin de Chambly, lundi d'après-midi, lui qui s'est noyé le 4 mai, quand le canot dans lequel il prenait place a chaviré.
Les commentaires du policier Yannick Parent.
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le mardi 19 mai 2015 dans Puisqu'il faut se lever avec Monic Néron
« Nous pouvons confirmer que le corps repêché est bel et bien celui de Rémy Nolet », a déclaré l'inspecteur-chef Yannick Parent de la Régie de police intermunicipale Richelieu-Saint-Laurent.
« Le coroner a procédé à l'autopsie et la famille a formellement identifié le corps », a ajouté l'inspecteur Parent.
La découverte du cadavre a eu lieu à proximité de l'île Demers,un endroit qui avait déjà été quadrillé par les équipes affectées à la recherche de Molet.
Une dizaine de plongeurs avaient répondu à l'appel lancé samedi par les proches du disparu pour reprendre les recherches.
Nolet s'est noyé il y a deux semaines quand le canot dans lequel il prenait place a chaviré.
Une seule veste de flottaison était disponible et le jeune homme l'a laissée à son amie Catherine Desautels, âgée de 17 ans, la sauvant de la noyade au péril de sa propre vie.

PKP ramène le PQ en tête

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour CogecoNouvelles le mardi 19 mai 2015 à 07h33. Modifié à 08h14.
PKP ramène le PQ en tête
Pierre Karl Péladeau
(Cogeco Nouvelles) - L'arrivée de Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois le place avec 34% des intentions de vote, devant les libéraux de Phillippe Couillard qui obtiennent 32% de la faveur populaire.

L'aura de M. Péladeau, qui incidemment participera aujourd'hui à son premier caucus et à sa première période de questions à l'Assemblée nationale à titre de chef, a permis au PQ de réaliser une remontée de six points depuis avril.
Étienne Fortin-Gauthier
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
C'est ce qui ressort des intentions de vote obtenues par le sondage Léger-Le Devoir-le Journal de Montréal. Selon ces données, le PQ et les libéraux sont pratiquement nez à nez alors que la Coalition Avenir Québec suit à 20 % et Québec Solidaire ferme la marche avec 10% du vote.
Le meilleur premier ministre
Par ailleurs, le baron de la presse est perçu par 30% des Québécois comme étant celui qui ferait le meilleur premier ministre, une avance nette sur messieurs Couillard et Legault.
40 % des répondants considèrent également que M. Péladeau est le meilleur chef pour développer l'économie du Québec, gérer les finances de l'État, défendre la langue française et protéger les intérêts du Québec.
Enfin, le tiers des personnes interrogées estiment que M. Péladeau ne doit plus posséder Québecor et 43% seraient satisfaits s'il confiait le mandat à une fiducie pour gérer ses avoirs.

Le nouveau chef du PQ continue de tendre la main à tous les souverainistes

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le lundi 18 mai 2015 à 21h49. Modifié par Charles Payette le mardi 19 mai 2015
Le nouveau chef du PQ continue de tendre la main à tous les souverainistes
Pierre Karl Péladeau
MONTRÉAL - Le nouveau chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau tend la main aux souverainistes de toutes les allégeances pour qu'ils se joignent au Parti québécois. «Il faut engager le dialogue et c'est bien l'intention que j'ai et je le ferai dans les semaines et les mois qui viennent», a promis M. Péladeau.
Les commentaires de Pierre Karl Péladeau.
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Le nouveau chef était de passage à un événement organisé par le Rassemblement pour le pays, dans une salle de Montréal.
M. Péladeau a appelé les électeurs de Québec solidaire et d'Option nationale, notamment, à s'unir sous la même bannière pour la cause de l'indépendance. «L'indépendance doit être l'objectif qui nous rapproche et qui nous rassemble. Dans ce sens-là, tous les projets de société lorsque nous allons avoir un État seront nettement plus faciles à réaliser», a-t-il affirmé.

Le chef péquiste s'est d'ailleurs engagé aussi dans les prochaines semaines et les prochains mois à mettre en place un institut de recherche sur l'indépendance, ce qu'il avait promis pendant la course à la direction du parti.

La prédécesseure de M. Péladeau et ancienne première ministre Pauline Marois, qui était aussi présente à l'événement a affirmé que les militants avaient fait un «choix judicieux» en élisant leur nouveau chef, a-t-elle dit lors d'une brève rencontre avec les journalistes.

«Pierre Karl Péladeau aime profondément le Québec. C'est un très grand leader. Il connaît le Québec dans toutes ses dimensions. Je suis persuadée qu'il saura rassembler les troupes pour aller vers la réalisation de notre projet de pays (...) C'est unis que l'on va atteindre notre objectif», a-t-elle expliqué.

Mme Marois a d'ailleurs indiqué qu'elle serait volontiers «aux côtés» de son nouveau chef «dans la mesure de (ses) moyens» pour aider le parti qu'elle a dirigé pendant près de sept ans.

Un autre ancien chef du PQ, Bernard Landry a répété sa fameuse expression«la patrie avant le parti» pour encourager les dirigeants de Québec solidaire et d'Option nationale à se joindre au Parti québécois pour poursuivre le «projet noble» de la souveraineté.

«M. Péladeau doit aussi poser des gestes d'accueil et de convergence (...) Ça peut être important, le parti, mais la cause nationale du Québec domine tout ça. Quand on aura tous les pouvoirs, on pourra permettre à tous les partis de réaliser leurs projets», a-t-il souligné.

L'ancien chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, qui avait aussi donné son appui à Pierre Karl Péladeau lors de la course à la direction, a espoir que le nouveau chef saura rejoindre un électorat varié malgré les réticences de certains partis comme Québec solidaire.

Le parti de Françoise David et d'Andrés Fonticilla a indiqué qu'il s'inquiétait notamment de la position du nouveau chef sur la Loi anti-briseurs de grève.

«Québec solidaire, ils réagissent plus durement à Pierre Karl Péladeau qu'ils n'ont réagi au (Nouveau parti démocratique), un parti centralisateur (...) Ils voudraient que le Québec soit toujours à gauche, ce qui est foncièrement antidémocratique», a-t-il tonné.

Il estime d'ailleurs que le PQ n'a pas fait de virage à droite avec cette élection, puisque le programme du parti n'a pas encore été adopté par les membres. «On verra, ceux qui disent que c'est plus à droite, ils se basent sur quoi?», s'est-il questionné.

Le chef actuel du Bloc québécois Mario Beaulieu s'est d'ailleurs dit prêt à travailler avec Pierre Karl Péladeau malgré certaines divergences par le passé.

En novembre dernier, M. Péladeau avait laissé entendre que le parti souverainiste à Ottawa «ne servait à rien», avant de nuancer ses propos. «On a pu discuter, on a pu éclaircir ça. C'est évident qu'il vaut mieux avoir une majorité de députés indépendantistes à Ottawa», a indiqué M. Beaulieu.

Pierre Karl Péladeau participera mardi à sa première période de questions en tant que chef à l'Assemblée nationale.